Châteauneuf-Saint-Marcel fait le plein de licenciés

  • Châteauneuf-Saint-Marcel compte un effectif pléthorique. Photo DR
    Châteauneuf-Saint-Marcel compte un effectif pléthorique. Photo DR
Publié le

Les Drômois ont engagé une troisième équipe en Troisième-Quatrième Série pour donner du temps de jeu à leurs nombreux licenciés.

Depuis l’été, les échos des clubs de gauche et de droite bruissent des difficultés pour nombre de structures à faire le plein de licenciés en seniors. Entre des joueurs qui ont pris goût au dimanche en famille et des réfractaires au vaccin, beaucoup de présidents et d’entraîneurs comptent leurs joueurs au moment de faire les équipes le week-end. Ce n’est pas le cas à Châteauneuf-Saint-Marcel, dans le nord de la Drôme. Hier, l’équipe… trois de l’entente a commencé son championnat chez son voisin, à Saint-Paul-lès-Romans, une semaine après l’équipe fanion et sa réserve, engagées en Honneur. « Nous avons la chance de surfer sur une bonne vague, souffle Didier Léopold, coprésident avec David Buisson. Nous avons un effectif pléthorique, avec quatre-vingts licenciés, et soixante joueurs aux entraînements. L’objectif était de donner du temps de jeu à un maximum d’entre eux. »

Des dirigeants humbles

Après un entraînement commun le mercredi, les trois groupes s’entraînent séparément le vendredi. La troisième équipe a trouvé refuge sur un terrain annexe du club de foot de Saint-Marcel, pas loin du club. « Les garçons peuvent se retrouver pour boire une bière après. » Cet effectif s’explique par l’arrivée ces dernières saisons de nombreux juniors montés en seniors. Une dizaine de recrues a été enregistrée dans l’équipe fanion, de joueurs venant de clubs de Fédérale 2 (Meyzieu, Tain-Tournon, Saint-Jean-en-Royans), avec un retour au club pour certains. « Je ne sais pas vraiment l’expliquer, souffle Didier Léopold. Demain, cela peut être très différent. » Cela pourrait être rapidement le cas à moyen terme, puisqu’il pourrait y avoir un creux générationnel. Si l’école de rugby marche à plein avec des effectifs en hausse, les catégories juniors et cadettes sont en souffrance, à l’instar de nombreux clubs, obligés de se mettre à plusieurs pour monter une équipe.

À moins que l’équipe fanion, dont le club a refusé la montée en Fédérale 3 sur tapis vert au printemps 2020, parvienne à atteindre le niveau fédéral et parvienne de cette manière à recréer des vocations…

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Sébastien FIATTE
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?