De magnifiques narbonnais font tomber le Stade toulousain !

  • Emmenés par Cyprien Saillard (à gauche) et Baptiste Abescat (à droite), les Narbonnais ont fait tomber les champions en titre toulousains. Photo Christophe Barreau
    Emmenés par Cyprien Saillard (à gauche) et Baptiste Abescat (à droite), les Narbonnais ont fait tomber les champions en titre toulousains. Photo Christophe Barreau
Publié le

Narbonne a signé l’exploit du week-end en faisant tomber le Stade toulousain. Un succès sur le score 23-20, synonyme de libération pour les audois.

Que tous ceux qui avaient misé sur une victoire narbonnaise face au champion toulousain se manifestent, et vite. Sans manquer de respect aux Audois, avant la rencontre, il était difficile d’imaginer le RCN s’imposer face au Stade toulousain. Mais le miracle s’est produit sur la pelouse du Stade Cassayet. Privés de certains de leurs leaders, les Haut-Garonnais ont plongé la tête la première dans le piège tendu par les Orange et Noir. Et pourtant, le début de rencontre laissait tranquillement penser à une partie de plaisir pour les champions en titre. Dès la deuxième minute, Toulouse franchit la ligne et calme les ardeurs des Audois mais pas leur détermination. Narbonne résiste avant de passer à l’attaque juste avant le retour aux vestiaires. Suite à un magnifique ballon porté, les joueurs de Sébastien Buada franchissent la ligne et recollent au score (10-10). Une réalisation déterminante sur le résultat final comme l’explique Pierre Causse, deuxième ligne du RCN : « Notre essai juste avant la mi-temps nous remet complètement la tête à l’endroit. C’est à ce moment-là que l’on a vraiment commencé à y croire. »

Les buteurs toulousains maladroits

La deuxième période va se transformer en une partie d’échec. Un duel entre buteurs qui va tourner, comme un symbole à l’avantage de Narbonne. Les artilleurs toulousains se montrent très maladroits et ne parviennent pas à offrir un matelas suffisamment conséquent aux leurs pour gérer la fin de rencontre. De l’autre côté, Joris Pialot, le demi d’ouverture du RCN, ne rate rien face aux poteaux et engrange au tableau d’affichage. Au moment d’entamer les dix dernières minutes de la partie, les Audois mènent 16-13 et l’espoir d’un immense exploit commence à enfler autour du rectangle vert. Une énorme performance qui va être assurée à quelques secondes du coup de sifflet final. Les joueurs de Sébastien Buada inscrivent leur deuxième essai de l’après-midi et prennent dix points d’avance au score (23-13). Le champion est au tapis. Pour l’honneur et grâce à un ultime sursaut d’orgueil, Toulouse arrache un point de bonus défensif, au-delà du temps réglementaire, tout de même décevant sur la pelouse d’un promu.

Une joie inexplicable

Les scènes parlent d’elles-mêmes. Au dernier coup de sifflet de l’arbitre central du match, les Narbonnais exultent et savourent leur premier succès de la saison. « Quand on a réalisé que l’on avait gagné, on a ressenti de la fierté » avoue Pierre Causse. Avec ce succès, Narbonne termine de la meilleure des manières le premier bloc de cette saison. Les joueurs audois ont bien mérité les quelques jours de vacances qui leur ont été offerts, avant de repartir au travail pour préparer le déplacement sur la pelouse de Mont-de-Marsan, prévu dans deux semaines.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Vincent FRANCO
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?