Le TRC et ses cinq hommes à la "double casquette"

  • De gauche à droite, Florent Lelong, vice-président ; Quentin Tréjaut, président ; Hugo Mandoral, vice-président.. Photo DR
    De gauche à droite, Florent Lelong, vice-président ; Quentin Tréjaut, président ; Hugo Mandoral, vice-président.. Photo DR
Publié le

En 2019, le TRC a failli se mettre en sommeil. Cinq joueurs ont alors décidé de reprendre la gestion du club et ça marche.

Le Toulouse Rugby Club est le dernier né des clubs toulousains. Pour l’administration, il a vu le jour au printemps 2012. Une naissance qui n’était pas passée inaperçue puisqu’à l’époque des grands noms d’ovalie tels que Hervé Manent ou Christian Califano étaient impliqués dans l’aventure de ce club atypique, "bling-bling" arborant un maillot rose. Après une paire d’année d’existence, le TRC est passé sans transition du dernier échelon régional à la Deuxième Série.

L’ambiance est au beau fixe, mais lors de l’exercice 2019, la structure est en souffrance. Le comité directeur de l’époque envisage même la mise en sommeil. Une décision qui ne passe pas auprès de cinq joueurs : Quentin Tréjaut, Hugo Mandorla, Florent Lelong, Timothé Van-Pouille et Benjamin Cans. En plus de leur statut de joueurs, ces cinq trentenaires décident d’endosser le costume de dirigeants.

« On avait vécu des moments extraordinaires au sein du TRC, on ne pouvait pas imaginer une seule seconde que le club puisse se mettre en sommeil. Avec Hugo, Florent, Timothé et Benjamin, on a alors décidé de reprendre la gestion de la structure tout en continuant à jouer », résume Quentin Tréjaut, l’actuel président et pilier de l’équipe fanion.

14 000 euros de budget

Malgré une double saison blanche, le club a dans l’ensemble bien géré cette inactivité avec (certainement) le plus petit budget de Deuxième Série estimé à 14 000 €. « Nous n’avons pas de moyens, mais des idées, ajoute Quentin Tréjaut. À l’intersaison, nous avons eu la chance de récupérer Jérôme Durrieu comme entraîneur principal de l’équipe fanion. Il est très compétent. Sa connaissance du milieu nous a permis de récupérer des joueurs et d’avoir pu engager une équipe réserve. Sur le quartier de Saint-Simon où nous disposons des installations sportives, on a pour projet de mettre en place une école de rugby ouverte aux moins de 6 ans et moins de 10 ans. » Le TRC est désormais prêt pour une nouvelle aventure et a pour ambition de qualifier les deux équipes seniors. Un projet qui est loin d’être impossible, car impossible ne fait pas partie du vocabulaire du TRC. Pour le moment, les choses sont bien engagées puisque lors de la journée inaugurale, les Toulousains ont lancé leur saison par une encourageante victoire face à Lavernose-Lacasse (25-15).

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Didier NAVARRE
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?