Usap : nouvelle claque ou second souffle ?

  • Les Perpignanais vont tenter de réagir sur la pelouse du Racing 92.
    Les Perpignanais vont tenter de réagir sur la pelouse du Racing 92. Icon Sport
Publié le

Une semaine après son faux pas contre Pau, l'Usap se déplace à l'Arena. Pas le meilleur endroit pour se relancer. Et pourtant, il devra y amorcer un rebond.

Il y a des lendemains plus durs que d'autres. Le revers subi par l'Usap face à Pau, samedi dernier, était de ceux qui laissent une gueule de bois à même de s'étirer sur plusieurs jours : le pedigree de l'adversaire, l'ampleur du score (14-29), la piteuse copie rendue par l'équipe et les questions soulevées par ce faux pas avaient de quoi miner le moral des Catalans.

Mais, aussi fâcheux soit-il, ce résultat négatif ne scelle rien : l'Usap n'est même pas encore en zone rouge, compte le même nombre de points que l'autre promu et possède un vécu collectif censé lui permettre de traverser ces périodes. Le rebond passera par les Hauts-de-Seine. À l'Arena, l'espoir d'un résultat positif est évidemment réduit à peau de chagrin, au regard du potentiel des Franciliens et de leur frustration du moment. Mais dans le comportement et la production rugbystique, Perpignan doit se rassurer et entretenir ses motifs d'espoirs.

Devant, quelles solutions ?

Le retour progressif de cadres est attendu pour insuffler un début de nouvel élan : Lucas Bachelier, pièce maîtresse de l'équipe en troisième ligne la saison passée, Patricio Fernandez, recruté l'hiver dernier comme un possible numéro 1 au poste d'ouvreur, ou encore Jeronimo De La Fuente, centre de calibre international, vont pouvoir reprendre leurs marques et du rythme en vue des prochaines échéances. Dont celle qui dégage déjà une odeur de soufre face au Stade français, dans une semaine. Trois premiers renforts guettés avec impatience, en attendant Delguy, Lam, Kubriashvili et autre Williame.

Progressivement, les lignes arrière, au rendement trop inconstant et à l'efficacité limitée, vont gagner en densité comme en qualité. Et devant ? Après le match de Pau, le recrutement d'un joueur supplémentaire paraîtrait plus que jamais bienvenu même si l'on entend le plus grand bien du numéro 8 argentin Joaquin Oviedo, fraîchement bizuté avec les Pumas et arrivé ce lundi en Catalogne : « Il y aura de possibles renforcements en 2e et en 3e ligne, évoque le président François Rivière. Ceci afin de gagner en agressivité et en pénétration, ce qui fait défaut. Il y a une réflexion.» En attendant, les joueurs présents devront replacer le curseur de l'investissement à 100 % dès ce samedi. Sous peine de voir les inquiétudes se matérialiser au classement.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?