À Bayonne, Rémy Baget est enfin lancé

  • Rémy Baget a su saisir sa chance pour intégrer le XV de départ bayonnais. Photo PO
    Rémy Baget a su saisir sa chance pour intégrer le XV de départ bayonnais. Photo PO
Publié le

Après trois années pendant lesquelles il a peu joué, l’ailier a su prendre le bon wagon en ce début de saison. Il enchaîne désormais les rencontres et récolte les fruits de son travail.

C’est un petit plaisir qu’il savoure et qu’il découvre, depuis peu. Jusqu’au début de ce Pro D2 version 2021-2022, Rémy Baget était plus habitué à démarrer les matchs sur le banc, voire à ne pas les jouer du tout. En trois ans sous les couleurs bayonnaises, il n’en avait commencé que 17 et dans l’effectif basque, l’ailier était loin d’être numéro un au poste. Mais visiblement, les choses ont changé.

Depuis le début de la saison, le garçon de 24 ans a été aligné sur toutes les feuilles de match par Yannick Bru, dont trois fois en tant que titulaire, et fait partie des premiers choix du staff à l’aile. Tout, sauf un hasard. "J’ai travaillé pour, souligne-t-il. J’ai fait une grosse préparation physique de mon côté, donc j’espérais vraiment pouvoir jouer d’entrée le plus de matchs. Honnêtement, je ne pensais pas du tout disputer les cinq et j’en suis le plus heureux." Si l’intersaison du club basque a été plutôt courte, en raison de la relégation tardive (12 juin) avec une reprise au 19 juillet, l’ailier n’a pas coupé avec le rugby et a mis à profit cette période pour parfaire sa condition physique. "Les années précédentes, il y avait la Covid, rappelle l’ancien Toulousain. Nous étions restreints au niveau du travail que l’on pouvait faire par rapport aux sorties. Je me donnais à fond, mais là, j’ai pris sur mon temps de vacances afin de beaucoup travailler."

Bru : "Un modèle de travail et de persévérance"

Aujourd’hui, Rémy Baget est tout simplement récompensé de ses efforts. "J’ai souvent dit que c’était un modèle de travail et de persévérance pour tous les jeunes du club, apprécie son manager Yannick Bru. Il est arrivé sur la pointe des pieds des espoirs de Toulouse, il y a trois ans. Il s’est transformé physiquement et il partait de loin. Rugbystiquement ça a toujours été un bon joueur."

L’exigence du Top 14, où il est parfois difficile de lancer un jeune qui joue peu, et l’explosion d’Aymeric Luc la saison passée, sont deux des facteurs qui n’ont pas permis au Rabastinois d’enchaîner davantage. Pourtant, Baget était rarement décevant lorsque le staff faisait appel à lui. "Il y avait quand même pas mal de frustration, reconnaît le joueur à la coupe mulet. Du coup, j’ai bossé dans mon coin avec les préparateurs physiques pour qu’au bout d’un moment, je sois prêt. J’ai essayé de faire au mieux tout ce qu’on m’a demandé jusqu’à ce que ce soit mon tour. J’ai longtemps attendu, puis un jour, je suis allé voir Yannick Bru et je lui ai demandé ce que je devais faire pour jouer. Il m’a dit que ma chance viendrait."

Baget l’a eue en fin de saison dernière (trois titularisations consécutives) et ne l’a pas lâchée sur ce début de championnat. Moins physique que la plupart de ses pairs, il met à profit d’autres qualités comme ses appuis, un bon timing sur ses courses et un sens des initiatives afin de bonifier la plupart des ballons qu’il touche. Ses récentes bonnes performances font de lui une des satisfactions du début de saison du club basque et logiquement, il démarrera la rencontre sur l’aile droite, vendredi, face à Béziers.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Pablo ORDAS
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?