Ambitions romanaises

  • Les Romanais et leur pack ont mis la marche avant en ce début de saison. Ils n’ont pas l’intention de faire de vieux os en Fédérale 3. Ils s’appuient sur un effectif savant mélange entre expérience et jeunesse.
    Les Romanais et leur pack ont mis la marche avant en ce début de saison. Ils n’ont pas l’intention de faire de vieux os en Fédérale 3. Ils s’appuient sur un effectif savant mélange entre expérience et jeunesse. MIDOL - MIDOL
Publié le

Promu il y a deux ans, les Romanais espèrent enfin terminer une saison à ce niveau et si cela veut rigoler ne pas forcément traîner à ce niveau.

Est-ce l’effet Guillermoz ? Sûrement mais pas que. Dans tous les cas, le RC Romans n’a pas manqué son début de championnat et va accueillir Valréas dimanche à "Dop", le surnom du stade Donnadieu, en leader, pour le duel entre les deux seules équipes invaincues dans la poule 6 de Fédérale 3.

Il y a deux semaines, pour l’ouverture du championnat, les Romanais s’étaient imposés avec le bonus contre Tullins-Fure, devant 900 personnes au stade Marcel-Guillermoz. « On récupère les mécontents, reconnaît le coprésident, Patrick Bodoin. Et selon que l’on joue dans l’un ou l’autre des stades, nous n’avons pas forcément le même public. » Ils étaient peut-être aussi venus voir les premiers pas de Jonathan Best sous son nouveau maillot. Formé à l’USRP avant de partir à Grenoble et Béziers, il n’avait jamais foulé cette pelouse en seniors. Le RC Romans va devoir s’habituer à un grand stade. Délaissé depuis la fusion avec Valence, Guillermoz accueillera cette saison sept des neuf rencontres à domicile des joueurs du duo Frédéric Bret – Julien Devise, qui s’est reformé après plusieurs saisons de collaboration à Tain-Tournon.

Premier test contre valréas

Outre l’ancien troisième ligne professionnel, capitaine de l’équipe, le duo peut compter sur un effectif expérimenté, renforcé par une vingtaine d’éléments. Une bonne part d’entre eux vient du niveau supérieur, de clubs voisins (Saint-Marcellin, Tain-Tournon, Vinay) évoluant en Fédérale 2. Quelques espoirs du VRDR sont en double licence et viennent renforcer l’équipe. En quelques saisons, il a franchi un cap dans les ambitions. Au moment de l’arrêt du championnat en mars 2020, il était avant-dernier de sa poule de Fédérale 3 et luttait pour ne pas descendre. Un an et demi plus tard, comme son voisin, avec qui il collabore en jeune et qu’il souhaite voir évoluer le plus haut possible — « Je veux que le VRDR soit en Pro D2 ou en Top 14 », souffle le président – le club truste d’entrée les premières places du classement.

Et son ambition n’est pas de se maintenir. Atteindre le niveau supérieur est un objectif à court ou moyen terme. « C’est l’objectif, dans les deux ou trois ans, estime Patrick Bodoin. Pourquoi pas y parvenir dès cette année ? » Contre Valréas, il passera un premier test contre un concurrent direct pour le haut de tableau. Pas plus qu’une hirondelle fait le printemps, un succès si tôt dans la saison le hisserait au niveau supérieur. Mais ce serait la preuve qu’il faudrait bien compter sur le RC Romans pour se mêler, avec d’autres, dont Les Angles, à la lutte pour les places d’honneur.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Sébastien Fiatte
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?