Martocq, le centre d’intérêt de l’USC

  • Guillaume Martocq  va connaître ce soir sa cinquième titularisation et espère une victoire audoise. Photo Stéphanie Biscaye
    Guillaume Martocq va connaître ce soir sa cinquième titularisation et espère une victoire audoise. Photo Stéphanie Biscaye
Publié le

Fort de vingt-cinq feuilles de matchs la saison passée, le centre Guillaume Martocq est en train de confirmer. Après le succès en Bresse, il ambitionne la victoire.

"Quand on est originaire de Sauveterre-de-Béarn, on ne peut que jouer au Rugby." Guillaume Martocq plante ainsi le décor. Sauveterre-de-Béarn, un nom qui sent bon le rugby de clocher. Un village fier de son équipe fanion championne de France de Quatrième Série en 2005. "Petit, ajoute-t-il, le dimanche j’allais voir jouer mon père et mes oncles. Comme Obélix, je suis tombé dans la marmite."

Après un passage à l’école de rugby de Sauveterre, Guillaume est remarqué par les recruteurs de l’Aviron bayonnais. Des cadets jusqu’aux espoirs, il a ainsi porté le célèbre maillot bleu au centre de l’attaque. Lors de la mise en place de la saison 2021, un échange entre Yannick Bru et Christian Labit donne une nouvelle orientation à sa vie sportive. Il est ainsi prêté à l’US Carcassonne. À 22 ans, Guillaume était las d’évoluer en Espoirs et d’effectuer de furtives apparitions en équipe fanion (une feuille de match à Mont-de-Marsan, une en Challenge européen en 2020).

Objectif : Top 6

Ce prêt est vraiment un coup gagnant puisqu’au terme de la saison écoulée, Guillaume a été une des révélations au sein de l’attaque audoise. Redoutable défenseur, son nom a figuré sur vingt-cinq feuilles de match ponctuées par deux essais face à Rouen et Valence-Romans. En ce début de saison, Guillaume ne fait que confirmer tout le bien que pense l’encadrement audois. Après cinq journées, il compte quatre titularisations. Sélectionné à VII et en U 20 développement, il est venu au pied de la Cité non pas pour additionner les feuilles de matchs, mais pour obtenir une reconnaissance sportive.

"Je joue au rugby parce que c’est ma passion et aussi parce que j’aime la victoire et jouer des matchs éliminatoires. L’an dernier, nous étions proches de la qualification. Cette année, on s’autorise à être ambitieux. Figurer dans le top 6 est un objectif raisonnable. Après notre revers à Domec face à Mont-de-Marsan, la victoire à Bourg-en-Bresse nous a remis dans le sens de la marche. Ce soir, la victoire est impérative face à Provence. Un succès nous refait basculer dans la première phase du classement." Guillaume n’oublie pas non plus que Provence Rugby était venu s’imposer à Albert-Domec la saison écoulée d’un petit point d’écart (30-31). Une bonne raison pour le centre d’intérêt d’être plus que jamais revanchard.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Didier NAVARRE
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?