Renaud est plongé dans le grand bain

  • Clément Renaud, une seule apparition en Top 14, est le dernier talonneur valide de l’effectif du BO. Photo Pablo Ordas
    Clément Renaud, une seule apparition en Top 14, est le dernier talonneur valide de l’effectif du BO. Photo Pablo Ordas Midi Olympique - Pablo ORDAS
Publié le

Le jeune talonneur Clément Renaud (21 ans) va devoir pallier, pendant de longs mois, les absences des Peyresblanques, Ruffenach et Da Ros. Une responsabilité mais surtout une occasion en or afin de montrer son potentiel...

De mémoire, on a rarement vu une telle hécatombe toucher un club au même poste, si tôt dans une saison. Après tout, il arrive qu’une équipe se retrouve amputée d’un, voire deux éléments dans le froid de l’hiver. Mais là, le Biarritz olympique est contraint de composer sans ses trois talonneurs pros après seulement cinq journées. La poisse ? C’est peu de le dire. En trois semaines, le club basque a perdu Lucas Peyresblanques (rupture d’un ischio, quatre à six mois d’arrêt), François Da Ros (biceps et absent de longs mois) et Romain Ruffenach (rupture du ligament croisé antérieur, six à huit mois d’absence).

Une cascade de blessures telle qu’en début de semaine, Clément Renaud était le seul talonneur valide. Inconnu du grand public il y a quelques jours, quatrième dans la hiérarchie au début de la saison, le jeune homme de 21 ans a disputé ses premières minutes en Top 14 face à Toulouse. « C’était quelque chose d’exceptionnel, affirme-t-il. Nous affrontions une très grande équipe donc, pour moi, ce n’était que du plaisir de voir des supporters et vivre des moments que je n’avais jamais connus jusque-là.»

Bastien Soury va l’épauler

Aujourd’hui, tout va très vite pour celui qui a commencé le rugby du côté de Sadirac (33), avant de poursuivre sa formation à Langon et Bordeaux. Sous contrat avec l’UBB mais pas dans les plans du staff professionnel, arrivé au BO cet été, il comptait sur la Challenge Cup pour montrer son potentiel sur la Côte basque. En trois semaines, néanmoins, tout s’est accéléré, et au gré des blessures, il se retrouve aujourd’hui en première ligne. Pour le Top 14.  « Je le vis plutôt bien, avoue l’ancien membre du pôle espoirs de Talence. Je me dis que ça y est, j’y suis. Malheureusement, à cause des blessures, il n’y a plus que moi mais je dois saisir cette chance. C’est nouveau mais je ne me mets pas plus de pression que ça. Ma famille et mes amis m’aident à faire la part des choses. Par exemple, j’ai réussi à aborder la réception de Toulouse relativement bien. »

Au quotidien, Renaud bénéficie aussi des conseils de ses aînés Peyresblanques, Ruffenach et Da Ros. « Dès que je suis arrivé, ils m’ont pris sous leur aile afin que je puisse continuer ma formation, raconte-t-il. Je suis jeune, donc j’ai besoin d’apprendre. Malgré leurs blessures, ils sont toujours derrière moi. Ils regardent les entraînements et nous faisons des debriefings ensemble. Forcément, ça aide.» 

En attendant le retour des trois talonneurs, Clément Renaud pourra aussi compter sur le soutien de Bastien Soury. Le Toulonnais a été recruté en tant que joker médical (un second pourrait suivre). Il a posé ses valises mardi soir et il devra faire preuve d’une adaptation express afin d’être prêt samedi pour la réception du Lou. Comme Clément Renaud, après tout.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Pablo ORDAS
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?