Montpellier et le miracle du banc

  • Le centre Thomas Darmon fut l’un des meilleurs Cistes face à l'UBB.
    Le centre Thomas Darmon fut l’un des meilleurs Cistes face à l'UBB. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Dominés pendant cinquante minutes, les cistes ont décroché un point de bonus inespéré, notamment grâce à l’entrée fracassante des remplaçants.

Cela tient peut-être du lieu commun, mais cet UBB-MHR prouve encore une fois qu’une bataille n’est jamais perdue d’avance. On a pourtant bien cru qu’elle était terminée à la 43e minute, quand le talonneur girondin Maxime Lamothe plongea dans l’en-but montpelliérain pour aplatir le quatrième essai des siens, portant le score à 27-6.

Un score pourtant logique, au vu de la domination sans partage des Girondins et, à l’inverse, l’étonnante apathie des Héraultais. Titulaire au coup d’envoi, le centre Thomas Darmon — qui fut l’un des meilleurs Cistes samedi — pestait encore à la fin de la rencontre : « Le match a totalement basculé dans les vingt dernières minutes […] avant cela, on n’y était pas du tout. Derrière, on prenait le feu sur quasiment chaque action. » Même écho du côté du manager Philippe Saint-André : « Sur les cinquante premières minutes, on a perdu toutes les collisions. On avait laissé notre état d’esprit et notre agressivité à Montpellier ».

Quatre points en trois déplacements

Fort heureusement pour eux, les Cistes ont fini par se rebeller. Précisément après le quatrième essai des Girondins : « On s’est réunis et on s’est dit les choses », racontait Darmon. La révolte des Cistes humiliés a été soutenue par l’entrée des remplaçants, qui ont littéralement changé le cours du match : « Le match a complètement tourné sur les vingt dernières minutes. Le banc y est pour quelque chose. À partir de là, on a remis de l’avancée, remis les choses dans l’ordre », racontait Darmon. « Sur la dernière demi-heure, les rentrants ont apporté une vraie plus-value, prolongeait PSA. Le petit Foursans a fait une très bonne rentrée à la mêlée, Ngandebe, Reilhac, Willemse, Devergie, la première ligne… On a mis cette équipe sur les talons. » 

Jusqu’au point d’avoir une dernière possession qui aurait pu être celle de la gagne, mais que Martin Devergie a préféré envoyer en touche : « C’est un choix de ma part, que j’assume, posait Saint-André. On n’oublie pas que l’année dernière, on s’est sauvé à l’avant-dernière journée. Un point, c’est bien, même si on aurait pu et dû arracher un match nul. Si l’on juge sur les cinquante premières minutes, ce point est miraculeux. » Un miracle de plus donc, qui prouve que le MHR est devient de plus en plus dangereux loin de ses bases, avec déjà quatre points glanés en trois déplacements.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Simon VALZER
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?