Jeunes : le Racing 92 en pleine transition

  • Max Spring, auteur d’une belle performance face à Perpignan en Top 14, est un des nombreux espoirs du Racing 92 a s’offrir du temps de jeu avec les professionnels.
    Max Spring, auteur d’une belle performance face à Perpignan en Top 14, est un des nombreux espoirs du Racing 92 a s’offrir du temps de jeu avec les professionnels. Photo Romain Tastet
Publié le

Pourtant auteur d’un début de saison convaincant, le Racing 92 voit son effectif se modifier de week-end en week-end. Une situation pas toujours facile à gérer pour le staff francilien.

Pour les plus grands amateurs du championnat Espoirs Élite, la victoire du Stade aurillacois sur la pelouse du Racing 92 avait de quoi surprendre. Sans enlever quelconque mérite aux Cantaliens, voir les Franciliens, pourtant auteurs d’un bon début de saison, chuter était une surprise qu’il était difficile d’anticiper. Mais à y regarder de plus près, cette défaite des Racingmen était quelque peu prévisible.

Tout d’abord, le staff ciel et blanc a vu partir à l’intersaison plusieurs de ses cadres qui avaient mené les leurs jusqu’en demi-finale. On pense notamment aux Tom Danovaro, Maximilien Bost ou encore Arthur Bruges, tous partis en Corrèze porter les couleurs de Brive. Des joueurs importants auxquels il faut trouver des remplaçants, ce qui ne se fait pas en seulement quelques minutes sur le pré. 

Plusieurs promotions en équipe professionnelle 

L’autre difficulté pour le staff, si on peut l’appeler ça ainsi, se trouve au niveau des aller-retours effectués par certains de leurs protégés en équipe professionnelle. Plusieurs bons éléments du centre de formation oscillent entre l’effectif pro et celui des espoirs, ce qui ne facilite pas la tâche du staff pour construire un effectif homogène. C’est un peu le rituel des entraîneurs de cette catégorie mais ça peut causer des revers surprenants comme celui subi face à Aurillac.

Ce week-end-là, plusieurs jeunes joueurs étaient présents dans le groupe du Racing 92 pour aller défier Clermont en Top 14. Parmi eux, on retrouvait Max Spring titulaire à l’arrière puis Jonathan Maiau, Aston Vaiotu et Anthime Hemery sur le banc des remplaçants. Quatre joueurs qui ont débuté la saison chez les espoirs avec une place de titulaire indiscutable. Ces promotions montrent d’un côté la qualité du centre de formation francilien mais affaiblissent forcément l’équipe espoirs, obligée de se renouveler. 

Spring parti pour durer à l’échelon supérieur

Que les supporters du Racing 92 se rassurent, leur équipe de jeunes devrait tout de même continuer à performer. Le centre de formation francilien a pris pour habitude de « livrer » quelques pépites à l’équipe professionnelle ces dernières saisons. Le dernier en date se nomme Max Spring. L’arrière, au club depuis 2019, vient d’enchaîner deux titularisations en Top 14 et pourrait bien continuer d’évoluer avec les professionnels. Il a été élu homme du match face à Perpignan ce samedi.

Il délaisse du coup le numéro quinze chez les espoirs. C’est maintenant au staff de dénicher encore un joueur bourré de talent pour le suppléer et réaliser une excellente saison, pour encore accrocher les phases finales en Espoirs Élite, voire le titre.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Vincent FRANCO
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?