Oscars Midol - Jean Leleu, l’espoir d’une région

  • Jean Leleu reçoit l'Oscar Espoir des mains de Patrice Pons, directeur commercial Midi Olympique.
    Jean Leleu reçoit l'Oscar Espoir des mains de Patrice Pons, directeur commercial Midi Olympique. Midi Olympique - André Roques
Publié le

Arrivé discrètement à Rouen en Espoirs en 2019, en provenance de Pont-Audemer (en Honneur Regional), Jean Leleu est l’exemple à suivre pour tous les jeunes joueurs normands : le monde professionnel est accessible à tous.

Il avait été repéré par Gregoric Bouly (toujours à l’affût) lors d’un match entre Mont-Saint-Aignan et Pont-Audemer (Honneur régional). Rendez-vous pris avec le jeune homme et son père, afin d’expliquer le projet « Espoirs » du club rouennais (que Greg Bouly entraînait à l’époque). Le projet a plu, et Jean a donc dit oui.

Après Gabin Villière (arrivant de Vire et parti à Toulon depuis), Leleu est un des potentiels les plus en vue du club normand, car il peut jouer troisième ligne ou deuxième ligne. Depuis le début de l’actuelle saison, il est très utilisé (360 minutes sur 400minutes possibles), et son rendement le place comme l’espoir normand du moment, candidat à une accession dans une écurie du Top14 sous peu.

Mais le jeune homme, qui a pris en masse musculaire (+12 kg depuis son arrivée), a aussi gagné en maturité. Autant, il n’envisageait pas forcément de faire carrière dans le rugby pro il y a trois ans, autant après quelques matchs avec les Espoirs du RNR, en restant affilié à son club d’origine, il voit plus loin désormais.

Jean Leleu a pris confiance au fil des matchs et a progressé très vite. Le gamin issu des séries régionales sert désormais de phare pour tous les jeunes normands. Et plus il y aura de cas comme le sien, mieux le rugby normand se portera. Les enjeux sont clairs et la politique sportive parfaitement tracée par tout le club qui entend développer le savoir-faire régional. 

D’ailleurs, Grégory Bouly constate sans détour : « Ce sont aujourd’hui les clubs qui nous appellent pour nous parler de leurs meilleurs éléments quand, avant, on devait prospecter nous-mêmes... C’est bien le signe que tout le monde s’y retrouve. » Ce constat valabe dans la grande région rouennaise s’étend également sur l’ancienne Basse-Normandie puisque Karlen Asieshvili (pilier de Rouen) a intégré le staff de Caen, avec de la réussite. Il peut ainsi observer de plus près les potentiels de Fédérale 3 sur l’ensemble du territoire.

Aujourd’hui Jean Leleu l’avoue, il apprend encore et considère ne pas avoir atteint ses limites de progression. Il se sent bien à Rouen et voit sa carrière liée à celle du club, mais il est aussi - forcément - à l’écoute d’une offre éventuelle ailleurs si elle correspond à sa quête d’objectifs personnels. L’appétit vient en jouant. 

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Gaël LECOEUR
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?