Face à Carcassonne, Aurillac va devoir se mettre en quatre

  • Les Cantaliens, avec Hugo Bouyssou à l’animation, vont devoir être dangereux face aux Audois qui ne vont pas se laisser faire. Photo Stéphanie Biscaye
    Les Cantaliens, avec Hugo Bouyssou à l’animation, vont devoir être dangereux face aux Audois qui ne vont pas se laisser faire. Photo Stéphanie Biscaye
Publié le

La réception de Carcassonne peut permettre aux Cantaliens de basculer dans la première moitié du tableau, à condition de rester concentrés.

En cas de succès face à Carcassonne, Aurillac a la possibilité de basculer dans la première moitié du Pro D2. Mais nous n’en sommes pas encore là et c’est d’ailleurs ce qu’a bien fait comprendre le staff aux joueurs cette semaine. Car quel Stade aurillacois allons-nous avoir ce soir : celui fringant des vingt premières et vingt dernières minutes de la semaine dernière ou bien celui passif et approximatif durant 40 minutes.

On ne cesse de le répéter depuis le début de saison. Le potentiel à Aurillac est bien présent, mais jusqu’ici, il manque de constance. Pas tant dans l’effort, mais plutôt dans la continuité de sa maîtrise et de son jeu. D’ailleurs, Roméo Gontineac a appuyé toute la semaine sur les termes "rigueur" et "réactivité". "Cela nous arrive encore trop souvent d’enclencher des actions que l’on n’arrive pas à finir, tout simplement parce qu’il n’y a pas autant de rigueur qu’il devrait. Si l’on veut vraiment assurer la continuité de ce que l’on a produit jusqu’ici, nous avons besoin de cette rigueur."

Pour le technicien roumain, la rigueur passe aussi par la lucidité de faire le bon choix, le bon geste et au bon moment. Mettre de la rigueur dans la construction de ses actions, mettre de la rigueur dans ses soutiens, mettre de la rigueur dans ses transmissions, dans ses liaisons, le Stade aurillacois ne peut se permettre l’à peu près car il paye souvent cash son approximation.

Faire "les choses dans l’ordre "

Face à Bourg-en-Bresse, il a suffi d’un relâchement pour que les visiteurs reprennent l’avantage et la possession du ballon, donc du jeu. Même si l’adversaire pousse à faire des fautes, cela reste compliqué de ne pas être maître du terrain à domicile. Heureusement, la force d’Aurillac depuis l’entame du championnat, c’est sa défense et cette capacité à être fort et discipliné dans ses dix mètres comme de savoir couper les extérieurs avec des montées opportunes et agressives. Face à Carcassonne, Aurillac va devoir mettre les bouchées doubles et se plier en quatre pour éviter de courir après le score ou de se gratter la tête car rien ne fonctionne. La rigueur et la réactivité, c’est la capacité à prendre le match en mains "en faisant les choses dans l’ordre", insiste Gontineac. Quand Aurillac joue, Aurillac est dangereux. Il est clair que tout le monde aimerait retrouver du spectacle à Jean-Alric, mais à défaut d’être spectaculaire, il est impératif d’être performant, un mot souvent associé à pragmatique.

La nouveauté, c’est que les Cantaliens sont en train de gagner en confiance. C’est l’effet positif de la victoire. Si l’on excepte le trou d’air à Colomiers, les prestations sont plutôt convaincantes. S’il reste solide sur ses bases et en défense, le Stade aurillacois peut développer derrière d’autant que l’animation proposée par la charnière Bouyssou-Palmier est plus qu’intéressante. Reste maintenant à mettre tout cela en pratique pour apporter un énorme bol d’air. Mais gare, Carcassonne ne va pas se laisser faire… et cela fait cinq ans qu’Aurillac n’a pas enchaîné quatre victoires !

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Jean-Marc AUTHIÉ
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?