La valse des managers se poursuit au SU Agen

  • La valse des managers se poursuit au SU Agen
    La valse des managers se poursuit au SU Agen Icon Sport
Publié le

Après la suspension de Régis Sonnes, Jean-François Fonteneau espère convaincre un nouveau manager dans les prochains jours.

Jean-François Fonteneau et le conseil d’administration du SUA ne sont pas parvenus à faire changer d’avis Christophe Deylaud. Le président du club lot-et-garonnais doit donc reconstruire un staff pour la troisième fois en moins d’un an, sans avoir eu le temps d’y réfléchir. Après l’éviction de Christophe Laussucq et de son staff le 1er novembre 2020, Jean-François Fonteneau avait attendu deux semaines pour officialiser l’arrivée de Régis Sonnes. Pendant ce temps-là, il avait confié l’intérim à Julien Guiard, responsable du centre de formation. Sondé pour revenir auprès de l’équipe professionnelle, ce dernier aurait cette fois refusé d’endosser le rôle de pompier de service. Le président du SUA a donc conforté les entraîneurs David Ortiz et Sylvain Mirande dans leur mission comme il l’a confirmé dans les colonnes du Petit Bleu : « Ils seront là pour préparer le groupe pour le match à Vannes et pour la venue d’Aurillac. »

Néanmoins, il a demandé à Philippe Sella de quitter son rôle de prospection de nouveaux partenaires dans les bureaux pour épauler le duo d’entraîneurs pendant cette période. Cela n’apparaît pas comme une solution mais comme du bricolage à court terme, en espérant le retour peu probable de Christophe Deylaud dans les prochains jours, même si le président sait qu’il doit travailler à l’arrivée d’un nouveau manager. Philippe Benetton, un autre grand ancien de la maison Bleu et Blanc, a été aperçu à Armandie mercredi, mais il n’a plus officié sur le banc d’une équipe professionnelle depuis 2016. En revanche, même si son nom revenait avec insistance avant l’arrivée de Christophe Deylaud, la piste de l’ancien rochelais Grégory Patat n’a pas été activée.

Jean-François Fonteneau devrait rencontrer d’autres managers en début de semaine prochaine avant de faire son choix. En tout cas, malgré l’urgence, il est prêt à se donner les moyens pour inverser la tendance en recrutant aussi des joueurs supplémentaires : « Nous avons répondu favorablement pour un recrutement supplémentaire. Il est primordial d’apporter du sang neuf. Il va falloir réaliser un investissement supplémentaire, peut-être à hauteur de 700 000 à 1 million d’euros pour se renforcer. On va tout faire pour redresser la situation. » Un investissement qui permettrait aussi d’offrir quelques garanties et une marge de manœuvre à un éventuel manager.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?