Aurillac enchaîne contre Carcassonne et réalise la passe de quatre

  • Aurillac enchaîne contre Carcassonne et réalise la passe de quatre
    Aurillac enchaîne contre Carcassonne et réalise la passe de quatre Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Malgré une entame très timide, le Stade aurillacois s’est sorti du piège Carcassonnais pour s’offrir une quatrième victoire de rang

Dans la douleur, mais victoire quand même. Aurillac s’est fait un peu peur vendredi soir face à Carcassonne. Une entame délicate faite de ballons perdus, de lancers perdus, d’un jeu au pied approximatif, d’une mêlée chahutée… Bref les Audois avaient annoncé qu’ils viendraient dans le Cantal pour « faire un truc ». Cela s’annonçait plutôt bien pour eux.

Marquès ouvrait le score sur pénalité (0-3, 4e) après un ballon remonté depuis les 22m en force puis par le jeu de trois-quarts. Des arrières en évidence sur le renvoi, d’ailleurs, avec Tui qui se faisait la malle depuis ses 22m, finalement repris par miracle par Tison dans les 15 mètres locaux. À l’envers, Aurillac pliait sur un mouvement bien huilé : touche dans les 22m, structure autour d’Agaba avant que Marquès ne serve Dolhagaray. L’ouvreur carcassonnais distillait alors un coup de pied millimétré sur l’aile pour Dulon, qui aplatissait. Essai transformé (0-10, 18e). Sonnés, les Aurillacois souffraient mais allaient retrouver la lumière grâce à leur charnière.

Une charnière déterminante

Une touche dans les 22m puis maul autour de Singer. Bouyssou filait petit côté et servait Palmier, qui faisait l’intérieur à la défense pour aller aplatir puis transformer (7-10, 24e). Avec une défense toujours aussi bien en place et efficace, le Stade aurillacois reprenait des couleurs et égalisait sur une pénalité (10-10, 33e). Du mieux, mais ce n’est pas encore ça !

Changement de décor au retour des vestiaires. Aurillac subissait moins, mais Carcassonne ne lâchait rien non plus. Palmier et Marquès enquillaient entre les perches (13-10, 13-13 puis 16-13, 50e). Plus précis, les Aurillacois creusaient l’écart derrière une touche jouée sur la ligne médiane. On se structurait autour de Tison et on avançait jusqu’aux 22m. Bouyssou servait alors Palmier pour Valentin qui jouait parfaitement au pied, derrière la défense. Minguillon suivait et aplatissait. Essai transformé (23-13, 53e). Marquès réduisait le score au pied (23-16, 62e), mais Aurillac allait une nouvelle fois à dame, dans la foulée. Pénaltouche sur Moukete. Le maul se formait et, en force, Havili venait bonifier le travail des gros. 30-16 (64e) après la transformation de Palmier.

On pensait que l’affaire était pliée, mais Carcassonne allait répondre par un essai de Jazeix transformé par Dolhogaray (30-23, 73e). La controverse s’installait pour une suspicion d’en avant de Dolhagaray, mais les images montraient qu’il ne perdait pas le ballon. Les dernières minutes étaient étouffantes. L’USC poussait, mais le Stade aurillacois faisait front et conservait l’avantage au score.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Jean-Marc Authié
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?