Narbonne loupe le coche, Nevers en profite pour sa première à l'extérieur

  • Joris Cazenave et ses coéquipiers ont tenu le cap pour s’offrir une victoire face à des Narbonnais accrocheurs
    Joris Cazenave et ses coéquipiers ont tenu le cap pour s’offrir une victoire face à des Narbonnais accrocheurs L'Independant - Philippe Leblanc
Publié le , mis à jour

Au bout du suspens, ce sont les Neversois qui ont eu le dernier mot sur la pelouse des Orange et Noir. les hommes de Xavier Péméja ont donc décroché leur première victoire à l’extérieur.

En mal de victoires à l’extérieur, l’entraîneur nivernais, Xavier Péméja affichait clairement ses objectifs en milieu de semaine : triompher en terre audoise. C’est chose faite mais non sans mal pour Nevers, longtemps accroché par des Narbonnais qui n’ont cessé de les mettre en danger. à la fin de ces quatre-vingts minutes, l’Uson s’est tout de même offert la victoire et donc une place un peu plus confortable dans le top 6. Pour Narbonne, l’histoire semble se répéter avec une nouvelle défaite dans son antre.

Malgré la victoire, le capitaine de Nevers nourrissait quelques regrets au terme de la rencontre : « On a le sourire parce qu’on a gagné mais pas pour le contenu. On fait une bonne entame et ensuite, on rentre dans un faux rythme. On arrive à être lucide en seconde mi-temps pour aller chercher la gagne. D’un côté je suis content et d’un autre côté, je pense à Narbonne qui n’a pas encore gagné ici. Les voir perdre sur ce que l’on a produit aujourd’hui, ça m’embête aussi pour eux. On avait besoin de cette victoire pour rester dans le top 6. On n’a pas mis la forme mais on a gagné. Je retiens donc les quatre points », assurait Janick Tarrit.

Nevers pourtant presque exemplaire

Comme les joueurs, le staff s’est difficilement contenté de cette prestation à Narbonne. Il y a tout de même du positif à tirer de cette rencontre car il y a bien des détails qui ont fait la différence. L’Uson a été (presque) exemplaire sur le critère discipline. Effectivement les Neversois ne se sont quasiment jamais mis à la faute, n’offrant que très peu de points au pied à l’ouvreur narbonnais. Là où le RCN a péché, avec des fautes de mains ou encore en touche, les Nivernais ont répondu présent.

Il y a eu aussi le pragmatisme de cette équipe nivernaise, qui a su saisir la moindre occasion, à l’image du superbe essai de Shaun Reynolds à la 50e minute de jeu (voir en page 14). « Ce qui fait la différence, je pense, c’est le réalisme. Malgré un manque de maîtrise par moments, on a eu su concrétiser quand il fallait avec une défense, plutôt en place et qui a récupéré des ballons au bon moment, que cela soit au sol ou en l’air sur les dernières touches. Ce genre de détails a fait pencher la balance », expliquait Guillaume Jan, entraîneur des trois-quarts de Nevers.

Un RCN frustré

Comme promis, ces Narbonnais ont élevé leur niveau de jeu. Mais vendredi soir, il y a eu comme un air de déjà-vu, car une nouvelle fois cela n’aura pas suffi et cela ne s’est joué qu’à quelques points, comme contre Montauban ou Aurillac. Difficile donc pour le staff audois de se contenter de ce point de bonus défensif : « On est frustré parce qu’on a fait un bon match, avec une débauche d’énergie qui a été remarquable. Je suis malheureux pour les joueurs. Il n’y a pas un mec qui triche dans mon équipe, ils l’auraient mérité cette victoire », avouait Julien Seron, manager du RCN.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Manon MOREAU
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?