Top 14 - La Section paloise ne veut pas s’en contenter

  • Nathan Decron (Section paloise) tente de déborder Maxime Lucu (Bordeaux-Bègles)
    Nathan Decron (Section paloise) tente de déborder Maxime Lucu (Bordeaux-Bègles) Icon Sport - Pierre Costabadie
Publié le , mis à jour

Malgré un retard de 16 points à la pause, les Palois ont réussi à décrocher un bonus défensif mais ils étaient tout de même déçus.

Décrocher un point de bonus défensif après avoir été menés de seize points à la pause est un exploit qui n’a pas ravi les Palois. Ils pourraient pourtant se satisfaire d’avoir su bousculer l’Union Bordeaux-Bègles, solide dauphin du Top 14 en ce début de championnat. Ils auraient pu se consoler avec des séquences offensives plus que convaincantes pendant la seconde période, laissant apparaître une réelle progression de leur projet de jeu. Mais les Palois ne veulent plus se contenter de défaites encourageantes, à commencer par le manager Sébastien Piqueronies qui n’a pas caché sa frustration : « Le bonus défensif n’est pas du tout une satisfaction. Je ressens une grosse déception : nous avons été à côté de nos pompes pendant une mi-temps, avec un manque énorme de réactivité dans nos soutiens. Je suis exigeant. énervé ? Je ne crois pas. Mais j’aime bien faire transpirer mes émotions, et il est vrai qu’élever le niveau d’exigence quotidiennement, c’est notre leitmotiv. J’ai envie qu’on soit tous au diapason, bien éveillés pour, comme on s’était promis, continuer à faire grandir notre jeu. » 

Une déception accentuée par le sentiment de n’avoir pas tout donné dans la préparation de ce choc comme le confiait le trois-quarts centre Nathan Decron qui a été un des meilleurs Palois sur la pelouse du Hameau : « On était un peu trop relâchés, cette semaine à l’entraînement. Ce qui explique partiellement cette entame de match. C’est bien de travailler dans la bonne humeur, mais il faut aussi être sérieux quand l’entraînement commence. Ce n’est pas forcément super cool de travailler les rucks, mais aujourd’hui, on se fait gratter je ne sais pas combien de ballons. Franchement, on n’a pas le droit, ce n’est pas possible de faire 40 minutes comme ça. »

Sébastien Piqueronies n’a pas hésité à effectuer trois changements à la pause pour retrouver de l’énergie, même s’il s’est défendu de sanctionner les joueurs qui ne sont pas revenus sur la pelouse : « Nous avons besoin que tout le monde soit bien aligné sur les émotions vécues. Les garçons se sont sentis capables par moments de se comparer à cette brillante équipe de l’UBB. Mais, ils se sont aussi sentis sur un navire en difficulté en première mi-temps. L’important est de vite capitaliser sur les émotions pour savoir dans quel état d’esprit on se trouve lundi et éveiller tout le monde sur le niveau d’exigence que l’on espère lundi matin à l’entraînement. » Un niveau d’exigence où un point de bonus défensif n’est pas une bonne opération, même face à un des cadors du championnat.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?