Opposé à Grenoble, Nevers est prêt pour son quatrième col

  • Le troisième ligne centre neversois, Hugo Fabrègue, souhaite valider le succès à Narbonne par une victoire contre Grenoble. Photo Fabien Belloli
    Le troisième ligne centre neversois, Hugo Fabrègue, souhaite valider le succès à Narbonne par une victoire contre Grenoble. Photo Fabien Belloli
Publié le , mis à jour

Après avoir battu trois équipes qui l’avaient séchée au Pré-Fleuri l’an passé, Nevers veut réussir la quatrième phase de son exorcisme face à Grenoble.

Lors de l’annonce du calendrier, en juillet, les joueurs et le staff de l’USON Nevers Rugby avaient immédiatement repéré les noms de leurs quatre premiers adversaires à la maison. Vannes, Oyonnax, Colomiers, Grenoble : facétieux, le hasard leur lançait le défi d’attaquer le championnat face à quatre des cinq équipes qui étaient venues s’imposer au Pré-Fleuri la saison passée - la cinquième, Perpignan, est excusée pour cause de Top 14. Solder les comptes, réparer l’outrage, refaire le blindage de la citadelle de Sermoise-sur-Loire et la carapace mentale : le challenge collectif et personnel qui les attendait a certainement contribué à la réussite de la préparation estivale et au bon démarrage d’une saison piégeuse, avec trois déplacements sur les cinq premiers matchs. Victorieux à l’arraché de Vannes (20-16), d’Oyonnax (21-18) et de Colomiers (19-17), les Neversois ont franchi trois des quatre paliers de cet exorcisme. En soulevant des montagnes d’énergie, et en puisant les parcelles décisives de force chez un public en transe, pour aller chercher les pénalités salvatrices dans les dernières minutes de chacun de ces matchs.

Aujourd’hui sixième, le moral un peu plus gonflé par un premier succès à l’extérieur conquis à Narbonne au prix d’un nouveau final à suspense (33-30), l’USON Nevers Rugby aborde son ultime col hors catégorie, face à Grenoble, dans des conditions favorables, à défaut d’être idéales. "Notre bilan comptable est plutôt positif sur ce début de saison", analyse Guillaume Jan, l’entraîneur des trois-quarts. "On avait un premier bloc costaud, avec ces trois déplacements, dont on s’est bien sortis. On a réussi à prendre des points à Provence Rugby (bonus défensif, N.D.L.R.) et à Bayonne (match nul). Le seul regret, c’est le match à Béziers."

"Éviter tout relâchement"

Après cette morne défaite 25 à 7, l’enchaînement des victoires contre Colomiers puis Narbonne accrédite la thèse de la décompression sur la pelouse toujours abrasive de Raoul-Barrière. "Si on veut se qualifier, on doit éviter tout relâchement", insiste Guillaume Jan. "On peut perdre des matchs, mais on doit être irréprochables sur l’état d’esprit." Arrivé à Nevers pour l’année historique de la montée, Hugo Fabrègue acquiesce, ayant vu le niveau s’élever sans cesse : "Toutes les équipes sont armées, le championnat est de plus en plus dur, ce qui remonte le niveau d’exigence : si on a le moindre écart de comportement, on est puni." Le troisième ligne centre, surtout sollicité cette année en deuxième ligne, a trop connu l’USON sur les montagnes russes pour se libérer après l’encourageant début de saison des siens : "On ne peut pas dire à la 8e journée que tout est validé. Le championnat est long, rien n’est acquis."

La preuve : en février dernier, la victoire de Grenoble sur le fil (13-12) dans un Pré-Fleuri glacé avait fait dévisser les Neversois, qui n’avaient plus remporté ensuite que trois de leurs onze derniers matchs et avaient laissé le train des phases finales filer sous leur nez. Un souvenir sur lequel Hugo Fabrègue ne veut pas s’attarder : "On est dans une nouvelle saison. Le plus important, c’est de toujours valider un succès à l’extérieur par une victoire à domicile. On a un challenge qui va être énorme, car cette année Grenoble a pris l’habitude de gagner ses matchs à l’extérieur. Mais dans ce championnat ultra-serré, la défaite à la maison est pour nous impossible."

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Sébastien CHABARD
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?