Paris : Macalou, passage au stade 2

  • À Perpignan, Sekou Macalou a encore été très bon en touche. À Perpignan, Sekou Macalou a encore été très bon en touche.
    À Perpignan, Sekou Macalou a encore été très bon en touche. Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

Installé en 8, davantage travailleur et plus impliqué au sein du groupe, le flanker est actuellement un des principaux atouts du club parisien. Face au redoutable pack du Lou, ce sera encore le cas à n’en pas douter.

Sekou Macalou adore Perpignan. Le 31 août 2014, à 19 ans, le jeune flanker de Massy y avait inscrit son premier essai en pro lors d’une défaite des siens. Quatre ans plus tard, presque jour pour jour, le 25 août 2018, il y avait signé un doublé tonitruant (15-46). Pour sa troisième apparition à Aimé-Giral, samedi, l’international a récidivé avec une merveille d’essai en position d’ailier pour permettre aux siens de repasser devant, à un moment crucial de la partie.

Avec trois ballons volés en touche, deux grattés au sol ou encore cinq défenseurs battus, Sekou Macalou ne s’est pas seulement illustré balle en main pour causer de grandes misères aux Sang et Or et contribuer à la précieuse victoire en Catalogne. Voilà pour la petite histoire. En toile de fond, une autre s’écrit. À 26 ans, le natif de Sarcelles cherche à prendre de l’ampleur dans le groupe et une nouvelle dimension sportivement parlant. À la hauteur des attentes, très fortes à son égard. Comment pourrait-il en être autrement quand l’on connaît le talent du phénomène ? S’il peut encore connaître quelques sauts de concentration et quelques péchés de gourmandise, comme face à Clermont avec deux occasions d’essai gâchées en route, sa ligne de statistiques dit tout de son implication : en cinq matchs, il compte quatre franchissements, douze défenseurs battus, vingt-trois ballons pris en touche et seulement trois pénalités à son encontre.

Un avenir en pointillé

En numéro 8, poste auquel il s’installe progressivement, l’ancien Massicois s’émancipe. Laurent Sempéré, l’entraîneur des avants, apprécie l’évolution de son protégé, passé de grand espoir à cadre en formation : « C’est un garçon génial au quotidien, qui bosse, qui est intéressant pour équipe, avec son explosivité et sa qualité naturelle. Surtout, il commence à passer un peu devant », note l’ancien talonneur, épaté par sa prestation en terres catalanes. « Il devient un peu meneur. Il travaille, beaucoup plus que ce qu’il faisait auparavant. Et, c’est difficile de le dire après un match comme ça, mais il a encore une belle marge de progression. En tout cas, il se donne beaucoup plus les moyens d’utiliser ses capacités que ce qu’il faisait par le passé. » Une bénédiction pour le Stade français. Aux côtés des Latu, Waisea et Gabrillagues, il est une des rares satisfactions de la capitale, en ce début de la saison. Fabien Galthié l’a d’ailleurs bien noté.

Une embellie à double tranchant pour les Parisiens car elle attise encore plus les convoitises autour de sa personne. En fin de contrat en juin 2022, Sekou Macalou n’a pas signé de nouvel engagement et il se murmure que le Stade français est d’ores et déjà en quête d’un numéro 8. Un signe de mauvais augure ? Peut-être… Le Stade rochelais avait démarché le joueur cet été. Et l’on sait que Pierre Mignoni apprécie beaucoup son profil. Le manager du Lou aura d’ailleurs l’occasion de juger ses qualités sur pièces, ce week-end, lors d’un duel qui a tout du traquenard pour Sekou Macalou et ses partenaires face à une des équipes en forme du moment.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?