Young, le blues du coach des ex-Blues

  • Le directeur du Rugby de Cardiff, Daï Young, a lancé une diatribe envers les doublons qui dénaturent le championnat.
    Le directeur du Rugby de Cardiff, Daï Young, a lancé une diatribe envers les doublons qui dénaturent le championnat. PA Images / Icon Sport - PA Images / Icon Sport
Publié le , mis à jour

Les franchises celtes n’ont pas la vie idyllique qu’on croit parfois. Daï Young, le manager de Cardiff, l’a montré cette semaine.

Vu de France, on a parfois une vision idyllique du rugby celte. On pense que l’entente est totale entre les fédérations et leurs franchises qui ont la chance de jouer un championnat sans descente. Mais il ne faut pas oublier que le modèle de l’United Rugby Championship (ex-Ligue celte) connaît aussi ses couacs. On s’en est rendu compte avec les propos de Daï Young, le manager de Cardiff Rugby (et non plus Cardiff Blues depuis cette saison). Après quatre journées, son équipe présente un bilan moyen (deux défaites, deux victoires) mais Young doit désormais se séparer de dix joueurs d’un coup, réquisitionnés par le pays de Galles pour la campagne automnale qui doit démarrer face aux All Blacks, le 30 octobre. Josh Adams, Ross Moriarty, Willis Halaholo, Aaron Wainwright, Tomos Williams, Elliot Dee, Rhys Priestland et Will Rowlands ont reçu une convocation. Il faudra y ajouter l’absence de Josh Navidi, sérieusement blessé à une épaule.

Un derby dévalorisé

Onze défections d’un coup, c’est trop pour Daï Young qui s’est expliqué : « C’est une honte. Mais c’est comme ça. » Pour lui, une telle ponction dénature totalement le match de ce week-end entre Cardiff et leurs voisins de Newport. « Quand nous les rencontrons, c’est une grosse rivalité… » Il estime que l’affiche sera desservie par les impératifs de l’équipe. Pas la meilleure façon de construire des rendez-vous solides de nature à faire venir du monde dans les tribunes pour voir un vrai choc, crédible sportivement. Les Dragons ont, eux, six joueurs en sélection.

Après cette rencontre, Cardiff vivra quatre semaines sans match, avant d’assumer deux déplacements en Afrique du Sud consécutifs pour affronter les Lions et les Stormers la dernière semaine de novembre et la première de décembre. Et a priori, les internationaux gallois qui auront joué contre l’Australie le 20 novembre ne pourront pas participer à cette mini-tournée. Et Daï Young n’est pas sûr de pouvoir compter sur eux pour le second. Il les récupérerait alors pour la semaine suivante contre Toulouse en Coupe d’Europe sans trop de regards sur leur préparation. On a senti l’entraîneur excédé par cette situation. Après tout, il joue lui aussi sa réputation sur les résultats de son équipe et la prééminence de la sélection nationale peut lui coûter cher.

À vrai dire, on a du mal à voir comment sortir de cette éternelle question des doublons. N’oublions pas que les franchises galloises ne sont pas des émanations 100 % fédérales, elles représentent des capitaux privés.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?