Bayonne revient à son niveau

  • Uzair CASSIEM (Bayonne), face à Provence.
    Uzair CASSIEM (Bayonne), face à Provence. Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

Même désordonnée, la prestation de Bayonne s’est voulue dans le droit fil de son match à Colomiers. L’Aviron monte en puissance.

Tout ce qu’il s’était juré de ne plus faire, l’Aviron l’a produit en début de match : sorties de camp manquées, en-avant… et s’est fourvoyé dans une course à handicap, Provence en profitant pour prendre les devants dès la 3e minute grâce à un essai qui sera leur seul de la rencontre. Les Bayonnais qui paraissaient, de toute façon, supérieurs laissaient eux-mêmes leurs adversaires dans le match jusqu’aux portes de la mi-temps. Leur volonté de jouer à tout prix se retournait en quelque sorte contre eux alors qu’ils prenaient le dessus devant notamment en mêlées et sur les ballons portés. Ce n’était qu’une question de patience. Car les Basques allaient mettre leurs valeureux rivaux à la raison. Avec autorité et sans largesse. Dans le droit fil de la confrontation face à Colomiers. "L’équipe est satisfaite d’avoir fait un bon retour à la maison, assure Hugo Zabalza. On sort avec une belle victoire, aboutie. On restait sur deux prestations amères à domicile. Ce n’était pas notre vrai visage."

La confiance se renforce à Bayonne avec cette victoire la plus large de la saison. La deuxième période, même désordonnée parfois, a mis en valeur son potentiel déjà humé mais jamais totalement affirmé. "C’est une bonne réaction de l’ensemble du groupe, confirme Joël Rey. Tout le monde était présent au rendez-vous. Ce que j’ai bien aimé, c’est l’accrochage. Il y a eu des attrapages de cols et comme par hasard, après, on est plus agressifs et énervés pour envoyer un message à tout le monde : Jean-Dauger, ce sera un peu plus rude que prévu !"

Faut pas réveiller Bayonne !

L’Aviron, c’est une évidence, élève son niveau depuis le déplacement à Colomiers. La formation qui avait gardé son effectif du top 14, avait, semble-t-il, baissé d’un cran. Ce que ne nie pas l’entraîneur des avants : "Ma crainte, continue Joël Rey, c’est qu’en début de saison, on se mette au niveau des équipes contre lesquelles on joue. Sans manquer de respect ni à Nevers ni à Béziers. On n’a rien développé contre eux. Donc on s’est mis au niveau de la Pro D2. On a les qualités pour faire mieux. On l’a montré à Colomiers, contre Provence un peu plus. C’est ce qui nous permettra de faire la différence. Si on se contente d’être moyens parce qu’on fait des bouts de matchs, ça peut nous pénaliser dans la saison. Si on se montre exigeants, agressifs, je n’ai pas de crainte, on y arrivera. Notre souci, c’est nous !"

Dans ces conditions, Provence n’a pas résisté malgré une détermination appréciée par son manager Mauricio Reggiardo. "Bayonne était euphorique comme à Colomiers. On met beaucoup d’engagement. Mais quand on n’arrive pas à les contenir devant, c’est compliqué. Cela relève du travail, mais l’état d’esprit on l’a !" À reconduire à Aurillac. L’Aviron se rendra à Narbonne avant de recevoir Mont-de-Marsan pour une histoire de suprématie…

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Edmond LATAILLADE
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?