Auteur d'un doublé face à l'USAP, Lesgourgues a "sauté sur l’occasion"

  • Yann Lesgourgues a inscrit un doublé plein d’opportunisme face à Perpignan.
    Yann Lesgourgues a inscrit un doublé plein d’opportunisme face à Perpignan. Midi Olympique - Justine Hamon
Publié le , mis à jour

Bordeaux a survolé la recontre et son demi de mêlée a signé un doublé retentissant, plus une terrible chevauchée fantastique. L’orfèvre de la vitesse, c’est lui.

Les Bordelais voulaient un match plein, on peut considérer qu’ils l’ont eu, même si Christophe Urios a trouvé ses joueurs « un peu faciles », notamment en fin de partie.

On ne peut pas rendre compte de ce match sans évoquer la performance de Yann Lesgourgues, auteur de deux essais sur des exploits personnels. Sur le premier, il a fait 49 mètres presque tout droit en échappant à cinq défenseurs (et un dernier crochet). Sur le second, servi par Vergnes-Taillefer derrière une mêlée, il s’est contenté d’une vingtaine de mètres, comme une dague effilée au cœur d’un noyau de quatre défenseurs pourtant resserrés.

Un gros soulagement personnel

Dans ses propos, on a senti que le demi de mêlée de trente ans, initié à Ondres (Landes), avait à cœur de montrer ce qu’il pouvait encore apporter. C’est un fait, Maxime Lucu est souvent titularisé par Christophe Urios depuis 2019. À Pau la semaine passée, Yann Lesgourgues n’était pas entré en jeu…

« Je n’avais pas joué depuis un petit moment. J’avais très envie de jouer, de prendre des initiatives et puis, il faisait beau, des conditions que j’adore. J’ai eu cette opportunité, j’ai sauté sur l’occasion. » En plus, des deux essais, il a aussi signé une action extraordinaire : une pénalité rapide, jouée sur sa propre ligne, suivie d’une chevauchée de 60 mètres, terminée par un recentrage au pied. « J’aurais pu terminer différemment c’est sûr. J’ai loupé le coup de pied, mais on a obtenu une touche dans leur camp… ». Sur ce coup, plus d’un spectateur bordelais s’est laissé griser à l’idée qu’il allait voir un « coast to coast ». Ce ne fut qu’un rêve, mais si magnifique.

Maxime Lucu a été appelé chez les Bleus, il ne sera peut-être pas là samedi prochain face à Clermont. Yann pourrait donc se retrouver aux commandes dans un match de gala. A son âge, avec 165 matchs sous les couleurs de l’UBB, on a senti que l’homme se sent prisonnier d’une certaine image : « Je sais de quoi je suis capable… J’ai sans doute progressé dans le jeu au pied, sur ma gestion du poste. Je prends de l’expérience aussi, mais on ne me changera pas. Mais avec l’expérience et les années, on arrive à se freiner. Ça fait partie de mon rôle, un demi de mêlée doit savoir gérer les tempos. »

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Jérôme Prévôt
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?