Le nouveau visage de Montpellier, enfin victorieux à l'extérieur

  • Le nouveau visage de Montpellier
    Le nouveau visage de Montpellier Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Dur au mal, solidaire et déterminé, le MHR fait à nouveau parler la poudre, en championnat…

Autant le dire, maintenant. À l’instant où Philippe Saint-André a quitté sa tour d’ivoire de directeur de rugby pour reprendre, au départ de Xavier Garbajosa, le projet sportif du MHR, on fut quelques-uns à être pour le moins sceptiques. Après tout, le Goret, sélectionneur des Bleus jusqu’à l’automne 2015, avait ces dernières années pris un recul important sur les choses du terrain et, à l’intérieur du territoire, on était nombreux à le penser totalement largué. Alors, est-il encore le technicien qu’il fut au moment où il fit de Sale le meilleur club d’Angleterre, au milieu des années 2000 ? On n’en sait foutre rien. Ce dont on est certain, en revanche, c’est que l’ancien capitaine du XV de France a ces dernières semaines offert une âme à une équipe qui n’en avait guère et, de la somme de spectres qui hantaient jusqu’ici le club de l’Hérault, Philippe Saint-André a indéniablement bâti un bataillon, un escadron, un commando moins bling-bling qu’il ne le fut à une époque mais tout aussi redoutable que ne l’était le MHR du printemps 2018, au crépuscule de la première année au club de Vern Cotter.

En tout état de cause, le Goret connaît les hommes, sait leur parler et, surtout, tirer le meilleur d’eux-mêmes. Les trous d’air qui jalonnaient cycliquement les saisons du MHR ces dernières années ont disparu et, si le club de Mohed Altrad n’a encore rien d’un invincible, il vend chèrement sa peau dans tous les terrains qu’il visite. En conférence de presse, « PSA » confiait : « Il n’y a rien à dire sur notre état d’esprit depuis le début de saison. Les joueurs sont au diapason dans la solidarité et le don de soi. Vous savez, beaucoup d’entre eux ont vécu l’enfer la saison dernière mais ces épreuves leur ont aussi appris à encaisser les coups, à relever la tête ».

Cobus Reinach au sommet

Le poste de talonneur excepté (Guilhem Guirado sera encore absent longtemps), cette équipe héraultaise présente donc très peu de points faibles et, lorsqu’elle aura récupéré la légion de blessés qui freine aujourd’hui sa progression, on s’attend tous à ce qu’elle incarne l’épouvantail du championnat, au jour où débuteront les phases finales. De toute évidence, Cobus Reinach (deux essais aplatis à Nanterre) est un formidable demi de mêlée, quand Paul Willemse, Yacouba Camara ou Gabriel Ngandebe ont de leur côté retrouvé ces dernières semaines l’aura qui était la leur il y a quelque temps. En conclusion, on ne jurera pas que Mohed Altrad, dont l’investissement dans le club fut colossal depuis 2011, décrochera dans quelques mois un premier titre majeur. Mais de l’avis de ceux qui ont récemment croisé la route du MHR, le nouveau propriétaire du maillot des All Blacks n’en sera probablement pas loin…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Marc DUZAN
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?