Pas très réjouissant pour l’Usap, tout ça !

  • Damien CHOULY, Perpignan.
    Damien CHOULY, Perpignan. Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

Difficile d’imaginer pire après-midi sportif pour les catalans. Il n’y avait pas grand-chose à positiver après ces 80 longues minutes.

Pas la peine de tourner autour du pot. Perpignan n’a pas montré grand-chose à Bordeaux. Ce fut une évidence, même si les Catalans pouvaient, éventuellement, se raccrocher à quelques faits de jeu. Une pénalité de Jaminet refusée par les juges de touche alors que le ballon semblait bien avoir fait mouche. Ou ce contre, mené d’entrée qui faillit bien aboutir à un essai de 80 mètres.

Si le coup avait été joué avec plus de justesse, la face du match en aurait-elle été changée ? On peut en douter tant la différence fût flagrante. Patrick Arlettaz ne chercha pas à finasser, ce résultat, il l’assumait avec dignité : "Nous ne sommes pas surpris par le niveau de Bordeaux. Nous, nous n’avons pas été bons sur les choses simples. Cette interception qui n’est pas allée au bout est caractéristique du match. On a défendu relativement bien et puis sur la mêlée qui a suivi, on n’a pas pu enchaîner. Et sur l’action suivante, Jalibert nous a traversés. Je ne discute pas son talent, mais quand même, s’il nous traverse sur un quatrième temps de jeu, je dirais bravo en souhaitant qu’il fasse pareil en équipe de France. Mais comme ça, sur une mêlée en première main à presque cent mètres du camp adverse, c’est trop facile."

Pas d’occasions construites

Au-delà du score, une chose nous a frappés samedi après-midi, les Perpignanais ne se sont pas créés de situations dangereuses sur des phases placées et construites. L’essai du talonneur Lucas Velarte fut littéralement offert par une maladresse bordelaise. On a tout de même apprécié au passage la jolie feinte de passe. Tout petit oasis dans le désert…

Patrick Arlettaz aura tout de même trouvé quelques motifs d’espoir. Quelques performances individuelles l’ont interpellé : "Andrei Mahu a fait un match intéressant dans le combat et dans la lucidité. Joaquin Oviedo, pour un gars qui est arrivé il y a deux jours, a montré du potentiel." Le Moldave et l’Argentin n’auront pas fait ce voyage pour rien.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?