Toulouse : salut les champions

  • Les internationaux toulousains sont en grande forme, à l’instar d’Antoine Dupont (au premier plan), ou de Cyril Baille et Thomas Ramos. Photo Midi Olympique - Patrick Derewiany
    Les internationaux toulousains sont en grande forme, à l’instar d’Antoine Dupont (au premier plan), ou de Cyril Baille et Thomas Ramos. Photo Midi Olympique - Patrick Derewiany
Publié le , mis à jour

Alors que dix internationaux français ont rejoint Marcoussis ce dimanche, les Stadistes ont livré un récital la veille, signant leur match référence de la saison.

David Darricarrère ne croyait peut-être pas si bien dire. Quelques jours avant le match, l’entraîneur des trois-quarts castrais avait déclaré : "On va jouer la meilleure équipe de France, d’Europe et peut-être même du monde." Il voulait sûrement mettre ses joueurs en alerte. Samedi soir, le Stade toulousain a offert ce qu’il a de meilleur, ce qui l’a porté sur le toit du rugby hexagonal et continental ces dernières saisons. "Depuis le début de saison, nous restions toujours un peu sur notre faim après les rencontres, même si les résultats étaient souvent en notre faveur, expliquait François Cros après le coup de sifflet final. Là, à la fin, nous sommes sortis pleinement satisfaits et heureux de la performance réalisée. Le fait de marquer rapidement nous a libérés et nous a mis en confiance. Après, on a fait des choses simples. C’est notre match le plus abouti de la saison." Effectivement, les Rouge et Noir avaient monté le curseur dans tous les secteurs face au CO pour délivrer enfin une prestation référence. Dominés dans les rucks ou sous les ballons hauts à Lyon six jours auparavant, pour leur première défaite de la saison, ils ont par exemple et clairement su rectifier le tir dans ces domaines. "On avait senti dans la semaine de la frustration par rapport à ce rendez-vous à Lyon, admet l’entraîneur des trois-quarts Clément Poitrenaud. On attendait une réaction."

"Envie de partir la tête libérée"

La réaction est arrivée. Et de quelle manière ! Avec une préparation de seulement trois semaines, le Stade toulousain avait mis l’accent sur les basiques pour construire son entame d’exercice. Mais ses hommes commençaient à s’impatienter concernant ses productions offensives, jugées insuffisantes en interne. Alors joueurs et staff ont beaucoup échangé sur le sujet dans la semaine. Et les troupes d’Ugo Mola ont livré un récital. "On a mis l’attaque et la défense quasiment au même niveau de performance, ce qui n’était pas le cas depuis le début de saison, se félicite Poitrenaud. Offensivement, nous étions un peu en dedans. Là, on a vu des choses intéressantes." De l’audace et du mouvement en même temps qu’une qualité technique impressionnante. En clair, le champion de France et d’Europe a affiché son meilleur visage juste avant le départ de ses internationaux français, qui ont rejoint Marcoussis ce dimanche. "Après Lyon, on ne voulait pas laisser planer le doute, confirme Cros. D’autant que c’était notre dernier match avec tout l’effectif disponible. Nous avions vraiment envie de partir la tête libérée, en ayant le sentiment du travail accompli." Il fut très bien accompli.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?