Une fessée et un retour sur terre pour Brive

  • Malgré une mêlée dominatrice, Brive a reçu une grosse claque sur la Côte basque.
    Malgré une mêlée dominatrice, Brive a reçu une grosse claque sur la Côte basque. Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

Malgré une mêlée dominatrice, Brive a reçu une grosse claque sur la Côte basque.

C’est avec des valises bien pleines, et près de quarante points dans le museau, que le CA Brive a quitté la Côte basque, samedi soir. Parier sur un tel écart aurait peut-être été osé à l’heure de jeu, alors que quatre points seulement séparaient les deux équipes. Mais Brive a fini par exploser, au cours d’une seconde période indigne des valeurs portées par le club. « Les Biarrots ont montré beaucoup plus de cœur que nous. Nous avons été totalement absents des débats, ça ne devrait pas arriver », pestait le troisième ligne Matthieu Voisin au coup de sifflet final.

Pourtant, son équipe, dominatrice en mêlée fermée (quatre pénalités obtenues) et plutôt à son aise dans les ballons portés en première période pensait tenir, dans ces secteurs, la clé d’un succès en terre basque. En vain. La grosse indiscipline du CAB en début de deuxième période, quatre fois sanctionné entre la 40e et 50e minute, a clairement changé la donne. « Ça fait trois ans que je suis à Brive et c’est la première fois que j’ai cette sensation, racontait le trois-quarts centre Guillaume Galletier après la rencontre. Franchement, on a honte. À la fin, nous avions les portes ouvertes. C’est inacceptable. » Au moment de l’analyse, le manager Jérémy Davidson refusait de brandir l’excuse de la casse dans son effectif, et d’un possible coup de moins bien en fin de match, pour expliquer une telle débâcle. « On ne peut pas défendre ainsi et donner des essais faciles au BO râlait l’ancien deuxième ligne. Quoi qu’il arrive, une équipe de Brive devrait montrer une meilleure prestation que ça. Nous avons pris un coup sur la tête. »

Objectif maintien

Indéniablement, cette claque reçue sur la Côte basque est synonyme de retour sur terre pour les Noir et Blanc. « On va arrêter de se cacher derrière des prétentions du haut de classement, soufflait le numéro huit. Il faut se réveiller. On va jouer le maintien. À l’heure actuelle, nous sommes la pire équipe de Top 14. » En effet, les Corréziens n’ont pris que deux points sur les trois derniers matchs. S’il n’y a encore pas le feu à la maison briviste, les garçons de Jérémy Davidson se doivent de vite réagir, car la suite du championnat s’annonce copieuse. À commencer par un déplacement périlleux à Castres, sévèrement balayé par Toulouse, ce week-end…

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Pablo Ordas
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?