Amateurs - Fédérale 3 - Cette saison, Le Mans prend son mal en patience

  • Avec trois défaites, Le Mans est avant-dernier de sa poule de Fédérale 3. Mais une meilleure discipline peut le porter plus haut.
    Avec trois défaites, Le Mans est avant-dernier de sa poule de Fédérale 3. Mais une meilleure discipline peut le porter plus haut. Photo RCM
Publié le

En Fédérale 3, Le Mans connaît certaines difficultés en raison d’une grande indiscipline. Mais ce n’est pas de nature à décourager les Sarthois.

Peu à peu, l’écart s’amoindrit entre le RC Le Mans et ses adversaires. Contre Sucy-en-Brie, c’est le dernier quart d’heure qui a fait défaut aux Sarthois, avec trois pénalités concédées et neuf points convertis par l’ouvreur francilien Audry. « Il ne manque par grand-chose pour basculer du bon côté. C’est l’analyse que l’on fait avec les joueurs, révèle l’entraîneur Louis-François Le Berruyer. On commet beaucoup trop de fautes. Nous ne pouvons pas gagner en infériorité numérique la moitié du temps. » 

Plus qu’un problème, c’est un véritable cataclysme d’indiscipline qui frappe Le Mans cette saison. Rémy Parrisseaux, le président, qui occupe aussi la fonction d’entraîneur, précise : « Les joueurs ont du mal à s’acclimater avec la fameuse règle de plaquage à deux. Ils ont de gros gabarits, sont surveillés et sont sanctionnés lourdement par les arbitres. Ce qui fait qu’on écope de trois à quatre cartons par match en moyenne […] Avec quatorze pénalités dans un match, on ne peut pas gagner, c’est impossible. » 

« On est en train de manger notre pain noir » 

Pour expliquer ce phénomène récurrent, le coach évoque la préparation d’avant-saison, davantage tournée vers le collectif que vers l’aspect technique : « En un an et demi, nous avons perdu beaucoup de repères. Et j’ai l’impression que nous sommes repartis de zéro sur les règles établies depuis trois saisons. Pourquoi nous, plus que les autres ? Je ne sais pas. Avec les recrues, nous avons voulu créer un groupe. Nous nous sommes donc moins appliquées sur ces bases. »

Résultat des courses : le RCM pointe à l’avant-dernière place de poule 17 de Fédérale 3 avec cinq petits points au compteur en quatre journées. Un début de saison sauvé grâce à la victoire contre la lanterne rouge, le SCO d’Angers. Et tant mieux parce que la suite s’annonce corsée. Après la venue du dauphin Sucy-en-Brie, il faudra se rendre à Vincennes, Pithiviers, et recevoir le leader invaincu Blois. « Nous n’avons pas été gâtés », souffle le dirigeant, qui se donne encore du temps avant un retour à la normale : « À partir de janvier, on devrait retrouver une équipe au complet, avec les suspendus et les blessés actuels. Nous sommes en train de manger notre pain noir, le bon pain arrivera dans les prochains mois ! » 

Comme un malheur ne vient jamais seul, les blessures ont frappé l’effectif, notamment au centre. Mais malgré tout ça, le jeu pratiqué laisse des espoirs quant à la suite de la saison. « Contre Sucy, il y a eu un gros travail de défense à quatorze contre quinze pendant plus de cinquante minutes, relève Louis-François Le Berruyer. On ne peut leur reprocher leur implication et leur envie. Mais ce super collectif en défense, qui se déplace bien, nous avons du mal à le retrouver en attaque. Mais ça va se débloquer. » 

En effet, cette jeune équipe mancelle, pour une bonne partie constituée d’anciens juniors, a montré de belles dispositions en attaque et laisse envisager une belle marge de progression tout au long de la saison. D’autant que la menace de la relégation ne plane pas sur le club…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Quentin PUT
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?