Biarritz : les drôles de retrouvailles de Bastien Soury

  • Biarritz : les drôles de retrouvailles de Bastien Soury
    Biarritz : les drôles de retrouvailles de Bastien Soury Icon Sport
Publié le , mis à jour

Le talonneur, arrivé en tant que joker médical au bo au début du mois, va affronter pour la première fois un club où il a passé seize ans.

C’est une drôle de situation que s’apprête à vivre Bastien Soury. Lui, le minot de la Rade, l’enfant de Toulon, a quitté son club formateur début octobre pour rejoindre le BO, alors touché par une hécatombe au poste de talonneur. Samedi, moins d’un mois après son départ, il fera son retour à Mayol pour la première fois de sa carrière, sous des couleurs autres que celles de Toulon. "C’est de la bonne pression et je pense qu’elle va monter petit à petit. Ça va me faire bizarre d’être de l’autre côté, mais j’ai hâte d’y être", affirme-t-il. Logiquement, son téléphone a commencé à sonner dès le début de semaine. À l’autre bout de la ligne ? Baptiste Serin, Jean-Baptiste Gros ou Mathieu Smaïli, ses copains toulonnais. "Ça se chambre un petit peu, mais ça reste dans un bon état d’esprit, poursuit-il. Ils m’ont tous un peu écrit, après les matchs, pour me demander comment ça se passait."

Sa réponse ? Elle est facile à deviner, plutôt bien. Pas vraiment dans les plans du staff toulonnais, Bastien Soury revit, aujourd’hui, au Pays basque. Il joue, démarre des rencontres (une chose à laquelle il n’était plus habitué à Toulon) et prend du plaisir au quotidien. Marqueur à Castres, il fut passeur décisif le week-end dernier contre Brive sur l’essai de Cubelli (61e), lequel fit basculer la rencontre en faveur du club basque.

"Je ne peux pas me permettre d’anticiper certaines choses"

Cependant, vous conviendrez qu’il existe quelques paradoxes dans cette histoire. Le premier étant que Toulon, qui a laissé partir Soury (alors dernier dans la hiérarchie au poste), se retrouve aujourd’hui avec un seul talonneur de métier (Sosene-Feagai) et à trois semaines près, sa présence n’aurait pas été de trop dans le Var. Le second ? Il réside certainement dans le fait que Soury connaît le plan de jeu du RCT, les lancements de ses ex-coéquipiers et la plupart des combinaisons. S’il se dit prêt à aider le staff biarrot à mettre une stratégie en place, dans le cas où il serait consulté, il prévient : "Je connais les annonces, mais je ne peux pas me permettre, par rapport aux quatorze mecs qui sont à côté, d’anticiper certaines choses. Ça risque plus de nous poser du tort. Si, par exemple, je veux monter en pointe sur une annonce que je connais, ça libérerait des espaces. D’autant que je pense, qu’ils en changeront certaines." À vérifier, samedi !

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Pablo Ordas
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?