Brive doit soigner la discipline

  • Brive doit soigner la discipline
    Brive doit soigner la discipline Icon Sport
Publié le

Mauvais élèves, trop indisciplinés, les Brivistes paient cher ces périodes d’infériorité numérique et concèdent encore trop de pénalités. Une attitude à changer sous peine de s’enliser un peu plus au classement…

Après cinq journées, tout allait bien du côté de la Corrèze où le club gagnait sur sa pelouse d’Amédée-Domenech et figurait à la troisième place du championnat. Depuis, rien ne va plus pour les Brivistes. Une pluie de blessés, une attaque en berne (pas le moindre essai inscrit lors des trois dernières sorties), et une indiscipline toujours préjudiciable. À Biarritz samedi dernier, les Corréziens ont payé cher cette indiscipline et la période d’infériorité numérique consécutive au carton jaune de Saïd Hirèche (une sanction collective pour une succession de fautes). Encore dans le match à la 69e minute, pour repartir du Pays basque avec au moins un point, les hommes de Jeremy Davidson ont alors encaissé pas moins de trois essais et un cinglant 19 à 0 à 14 contre 15 lors des dix dernières minutes…

Le jeu au sol, secteur dans le viseur

Et si le début de saison correspond souvent à un nombre élevé de pénalités dû en partie aux nouvelles règles, force est de constater que les Brivistes ne se sont pas encore adaptés à l’arbitrage. Les Corréziens sont même les pires élèves du championnat en termes de discipline avec plus de 13 pénalités par match (voir chiffre ci-dessous) et déjà huit cartons jaunes récoltés…

Et s’il y a bien un secteur où les Corréziens pèchent souvent, c’est bien le jeu au sol où les coéquipiers de Saïd Hirèche sont souvent mis à la faute. Soit pour un manque de réactivité au soutien, soit un manque d’efficacité au déblayage. Ce fut une nouvelle fois le cas à Biarritz, où le deuxième ligne fidjien Johnny Dyer a régné en maître dans ce secteur. "Nous avions axé notre semaine sur Armitage et Dyer, mais Dyer nous a aplatis à lui seul dans ce secteur", reconnaissait le trois-quarts centre Guillaume Galletier.

Samedi à Castres, ce sera un nouveau défi de taille qui attend les Brivistes, notamment dans la guerre des rucks où Baptiste Delaporte s’avère souvent être un poison pour ses adversaires…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?