CO : Tom Staniforth, le maillon fort !

  • Après à peine un an passé en France, Tom Staniforth, le colossal deuxième ligne du CO, fait l’unanimité.
    Après à peine un an passé en France, Tom Staniforth, le colossal deuxième ligne du CO, fait l’unanimité. Icon Sport
Publié le

Excellent depuis son arrivée dans le Tarn, le géant australien du CO est un rai de lumière dans le jeu obscur…

Tom Staniforth. Autant l’écrire tout net : il y a un an à peine, ce nom, en France, n’évoquait pas grand-chose aux observateurs du rugby, à moins d’être un fin suiveur des championnats de l’hémisphère Sud.

Au vrai, il fallait être Pierre-Henry Broncan et disposer d’une culture rugby encyclopédique pour avoir entendu parler de ce grand gaillard de quasiment deux mètres (1,98 m exactement), qui évoluait sur l’île-continent, et qui pointait timidement aux portes de la sélection australienne. Débarqué au mois d’octobre dernier au sein d’une équipe castraise alors peu épargnée par les pépins et en perdition au classement, Tom Staniforth n’a pas tardé à prendre ses marques et à contribuer au magnifique redressement de l’équipe sur la deuxième moitié de saison.

Aujourd’hui, à 27 ans, Tom Staniforth fait partie des meilleurs deuxième ligne du championnat. Et est devenu un des maillons essentiels du CO, puisque Pierre-Henry Broncan et son staff n’ont pas hésité à lui faire démarrer sept des huit rencontres déjà jouées cette saison. Si les (télé)spectateurs le reconnaissent facilement à sa coupe mulet qui pourrait le faire passer pour un footballeur ouest-allemand des années 70 ; sur le terrain, Tom Staniforth est un redoutable combattant, qui se régale dans les tâches obscures du jeu et qui étonne par sa capacité à allier à la fois beaucoup de puissance avec un profil assez aérien. Loïc Jacquet, un de ses coéquipiers en deuxième ligne, ne tarit pas d’éloges sur le phénomène australien : "Dès ses premiers matchs avec nous, on a compris que l’on avait affaire à un joueur hors norme. Il est arrivé inconnu au bataillon, il s’est fait un nom en quelques semaines. Il a tout du deuxième ligne moderne en étant à la fois très puissant à l’impact sur l’homme mais aussi doué techniquement et relativement aérien. En touche, il n’est pas Tyler Ardron, mais pour sa masse, il monte bien. Il a un sacré "jump"."

Pour continuer la série…

En plus d’être un rugbyman doué, Tom est un chic type, comme le confirme tout le vestiaire castrais : "C’est un gars simple et très sympa, reprend Jacquet. Il fait énormément d’effort pour parler français avec nous. Quand on lui parle en anglais, il nous répond quasi systématiquement en français. Il cherche à progresser. C’est devenu en peu de temps un moteur du groupe et de la vie de l’équipe. Il est toujours en train de motiver les autres."

Samedi face à Brive, le surpuissant deuxième ligne australien ne sera pas de trop pour contrer la force de frappe mise en place par deux gars qui connaissent (un peu) son poste de prédilection : Arnaud Mela et Jeremy Davidson. L’enjeu pour le CO ? Oublier la claque reçue la semaine dernière du côté d’Ernest-Wallon et réenclencher une dynamique vertueuse en signant un treizième match consécutif sans défaite à Pierre-Fabre…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
David BOURNIQUEL
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?