Lavanini-Vahaamahina, le volcan auvergnat s’éveille

  • Lavanini-Vahaamahina, le volcan auvergnat s’éveille
    Lavanini-Vahaamahina, le volcan auvergnat s’éveille Icon Sport
Publié le

Annoncée comme l’association qui pourrait rendre sa splendeur au pack, la deuxième ligne Lavanini-Vahaamahina sera alignée pour la première fois.

C’est la pensée qui a traversé tous les supporters ou simples suiveurs de l’ASM, lorsque son recrutement fut annoncé. Celle qui voulait qu’avec l’arrivée du Puma Tomas Lavanini, la deuxième ligne de l’ASM avait enfin trouvé le pendant idéal à Sébastien Vahaamahina. Un dur au mal, un guerrier, digne successeur des Privat, Cudmore et compagnie, susceptible de rendre au pack de l’ASM la force de dissuasion dont il semblait manquer ces dernières saisons.

Las, depuis le début de la saison, jamais Jonno Gibbes n’avait encore pu aligner son si séduisant tandem. La faute au Rugby Championship, d’abord, qui éloigna l’Argentin pendant plusieurs mois de son nouveau club pour honorer sa sélection nationale. Puis aux blessures, ensuite, entre le choc aux cervicales subi par Vahaamahina face au Racing, puis la fissure de la mâchoire dont fut victime Lavanini après un plaquage (très) appuyé de son compatriote Marco Kremer face au Stade français. Un choc qui ne fut d’ailleurs pas étranger à ce grossier en-avant sous les poteaux qui priva probablement l’ASM d’une victoire à Jean-Bouin, gâchant encore un peu plus les débuts officiels de Lavanini sous le maillot jaunard…

Reste que ces histoires appartiennent au passé aujourd’hui. Et que l’avenir désormais appartient à cet attelage Vahaamahina-Lavanini dont l’état-major auvergnat attend qu’il permette à son équipe de s’étalonner face à ce qui se fait de mieux - ou presque - en Top 14 à l’heure actuelle.

Gare aux cartons !

Un défi pour lequel les deux joueurs semblent incontestablement taillés, à la seule condition de ne pas céder à leur péché mignon de l’indiscipline… En effet, si les thuriféraires de l’ASM ne veulent voir dans la nouvelle deuxième ligne rien d‘autre qu’une machine de guerre et un gage de constante agressivité, les plus prudents redoutent que pareil tandem constitue surtout une machine à récolter des cartons jaunes.

Un secteur dans lequel Clermont, au contraire des dernières années, fait plutôt figure de bon élève avec seulement deux cartons "biscottes" récoltées depuis le début de la saison qui en font l’équipe la plus sage du Top 14. Une bonne image qu’il s’agit désormais de conserver, tout en intégrant le tempérament volcanique de sa nouvelle deuxième ligne…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?