Une nouvelle ère commence à l’Union Bordeaux-Bègles

  • Face à Clermont, Nans Ducuing devrait être titularisé à l’arrière malgré le retour en club de Romain Buros, non conservé par le staff du XV de France.
    Face à Clermont, Nans Ducuing devrait être titularisé à l’arrière malgré le retour en club de Romain Buros, non conservé par le staff du XV de France. Icon Sport
Publié le

Pour les Girondins, c’est un nouveau cycle qui commence. Il faudra déjà faire face à la dureté clermontoise sans plusieurs internationaux.

Au-delà du choc proprement dit, l’UBB a vécu la semaine comme un moment remarquable. Six joueurs appelés en équipe de France, c’est une vraie ponction et Christophe Urios n’a pas fait mystère de sa vision des choses. Seuls ceux qui ont vraiment vécu la semaine de travail commenceront la rencontre face à Clermont. Les "relâchés" du XV de France pourront au mieux débuter sur le banc. "On n’avait pas envie d’attendre pour voir qui sera là et qui ne le sera pas. Nous avons entièrement confiance au XV qui va démarrer et que l’on a annoncé assez tôt au groupe… Pour les remplaçants, je voulais voir les derniers entraînements. Certains devaient gagner leur place. Pour les internationaux, on verra selon les postes." A priori, Yann Lesgourgues et Nans Ducuing se sont préparés comme des titulaires. Les Bordelais ont aussi travaillé sur la question du buteur. Puisque Jalibert et Lucu risquent fort de ne pas être là, il faut réfléchir sérieusement à la question et les actions de François Trinh-Duc seront forcément servies par la situation même si Ulupano Seuteni peut aussi assumer cet exercice. "Nous avons pensé à Ben Tameifuna, plutôt à l’aise dans cet exercice…", a plaisanté le manager.

Il faudra faire sans Jalibert

Christophe Urios n’a pas non plus échappé à la question sur l’absence de Matthieu Jalibert. L’ouvreur international est tellement décisif ces derniers temps par ses accélérations et ses inspirations que l’on se demande si son talent n’est pas vraiment cardinal pour les performances de l’UBB. "Ce n’est pas une source de motivation ! Pas pour moi, en tout cas. Notre jeu n’est pas basé sur Jalibert comme il n’était pas basé sur Radradra il y a deux ans. On l’a prouvé d’ailleurs. Mais une équipe, c’est intelligent. Peut-être que pour les joueurs, ce sera une motivation mais ce ne sera pas envers Matthieu, ce sera juste pour montrer qu’ils peuvent augmenter leur niveau." Le manager espère évidemment que ces absences vont resserrer le groupe : "Et de là, des joueurs doivent émerger."

Malgré leur très bon départ, les Girondins n’en mènent pas large. Christophe Urios avait découpé la saison en tranches dans sa tête et il sait très bien que la période qui s’annonce sera périlleuse : "Nous étions conscients qu’il fallait prendre des points en septembre-octobre, nous l’avons fait. Pas complètement à mon goût mais on l’a fait… Après, il faudra recevoir Clermont et aller à La Rochelle, deux concurrents directs. Puis à la reprise, ce sera le Racing, Toulouse et Clermont. J’ai senti les gars conscients du défi qui est devant nous."

Sur un plan purement sportif, le thème était clair, les Bordelais s’attendent à une opposition très agressive, très dure. Plus dure que celle de l’Usap samedi dernier. Le patron de l’UBB craint des montées défensives très franches : "Je pense qu’ils ont vécu une remise en cause après leur défaite à domicile face à Castres. Ensuite, ils ont changé leur façon d’aborder les matchs. Ils sont durs, ils ont monté le curseur en défense. Même en attaque, comme on l’a vu contre Pau. Après une première mi-temps dans l’à-peu-près, ils ont mis le ballon sous le bras et ils ont cherché à avancer. Bilan : 42-20 ! Ce sont des signaux très importants pour nous."

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?