L'éviction de Patrice Collazo de Toulon : la preuve que les supporters ont une voix qui porte

  • Le public toulonnais fait partie des plus "chauds" de France. Il demandait depuis plusieurs semaines le départ de Patrice Collazo.
    Le public toulonnais fait partie des plus "chauds" de France. Il demandait depuis plusieurs semaines le départ de Patrice Collazo. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Depuis des semaines, la grande majorité des supporters toulonnais demandait le départ de Patrice Collazo. Ils ont finalement vu leur vœu exaucé. Si Bernard Lemaître se défend d’avoir cédé à la pression populaire, la vox populi est une composante incontournable de l’atmosphère d’un club.

Non, le rugby ne vit pas en démocratie. La semaine passée, Bernard Lemaître a tenu à le rappeler à l’heure d’expliquer la mise à l’écart de Patrice Collazo : « J’ai pris le temps du bilan qui n’est pas celui de la vox populi ou de la pression des supporters », a affirmé, vendredi dernier, l’homme fort du RCT après avoir défendu, contre vents et marées, le maintien au poste de l’ancien pilier pendant des semaines.

Quoi qu’en dise l’entrepreneur, l’atmosphère autour du club, et tout particulièrement la colère de sa base populaire, a été un élément du décor de ce dénouement. Comment pourrait-il en être autrement quand le public en vient à siffler son équipe même après un succès face à Brive début octobre ? Comment les dirigeants auraient-ils pu rester insensibles aux centaines de messages publiés sur les réseaux sociaux appelant à un électrochoc ? « J’entends bien et nous partageons tous ici le mécontentement des supporters, c’est clair, avait d’ailleurs admis le président au début du mois. On les comprend. Je pense qu’ils ont raison de ne pas être contents. » Les points de vue divergeaient alors sur les explications à cette mauvaise passe ainsi que sur les solutions à prendre. Moins d’un mois plus tard, tout le monde en est finalement arrivé au même point : le temps de Patrice Collazo sur la rade était révolu. Une décision bienvenue à l’heure où la grogne menaçait de se transformer en tempête. Après la lourde défaite subie à La Rochelle, le dimanche 24 octobre, plusieurs supporters historiques avaient encore haussé le ton et lancé un mouvement avec le hashtag #PasContents. Un rassemblement pacifique était prévu devant le Campus RCT le jeudi afin d’afficher leur mécontentement en face-à-face. L’action aura été précédée par le débarquement de Patrice Collazo, 48 heures avant.

La fronde parisienne contre la fusion

À l’occasion de la conférence de presse de présentation de Franck Azéma, le vendredi, Bernard Lemaître a tenu à retisser le fil, distendu, avec sa base. Car par-delà les divergences des mois passés, leur soutien compte. Le président en est conscient : « Je veux lancer un petit message à la communauté des supporters du club. Ici tout le monde est passionné. C’est un super atout du Rugby Club Toulonnais, plus encore que par ailleurs. Parfois je me demande si les supporters et les partenaires, mais surtout les supporters par l’expression la plus grande du terme, pensent que je ne suis pas un passionné ou que les gens qui m’entourent ne le sont pas. Des fois, on se pose des questions. Personne ne l’est plus que moi, je peux vous le dire. Ce n’est pas possible ! J’en témoigne par mon investissement personnel sur tous les plans. » Pour se relever, le RCT aura besoin de Kolbe, d’Etzebeth, de Serin mais aussi d’une communauté soudée.

Si elle n’a pas pour vocation à définir les grandes lignes de la politique des clubs, la voix des supporters sait se faire entendre dans les périodes troubles. On en veut pour preuve la mobilisation inattendue des supporters du Stade français lors de l’annonce de l’imminente fusion avec le Racing 92, au printemps 2007. Une centaine de personnes avaient protesté à Jean-Bouin, aux côtés de Pascal Papé ou encore Antoine Burban, après l’annonce surprise. Cette fronde avait eu raison d’un projet chiffré en dizaines de millions d’euros. La preuve que si le rugby ne vit pas en démocratie, l’argent n’y est pas non plus toujours roi.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?