Top 14 - À Montpellier, le Lou n’y était pas

  • La puissance de Beka Saginadze n'a pas suffi pour les Lyonnais
    La puissance de Beka Saginadze n'a pas suffi pour les Lyonnais Icon Sport - Alexandre Dimou
Publié le

Malgré un engagement sans faille, les Lyonnais se sont sabordés par leur indiscipline et une piètre gestion stratégique.

Un « non-match ». Voilà comment le capitaine lyonnais Patrick Sobela a qualifié la prestation de son équipe. Mais encore ? « C’est un match qui fait mal à la tête, qui donne un coup au moral. On commet des fautes à répétition, on cumule les cartons, notre conquête n’est pas bonne, tout cela fait que Montpellier a pris un avantage psychologique et a déroulé. Pour la première fois de la saison, on fait un non-match. C’est comme ça, ça arrive », développait le flanker. Pourtant, on ne peut pas reprocher aux Lyonnais un manque d’engagement : « Ils se sont envoyés. Je n’ai rien à leur reprocher. Ils se sont battus, dans la globalité. Ce n’était pas un non-match sur l’envie, mais sur la stratégie », décryptait le manager Pierre Mignoni.
La stratégie, donc. Après la rencontre, le technicien avouait ne pas comprendre pourquoi son équipe, et donc sa charnière, est passée autant à côté de son sujet : « J’ai du mal à expliquer cette faillite stratégique. Je crois que c’est l’un de nos plus mauvais matchs depuis très longtemps. Il n’y a rien à dire sur le match, et rien à dire sur la première mi-temps. Comment je l’explique ? Je ne l’explique pas, puisque l’on s’était préparés à ça. Il y a la stratégie et il y a aussi la réalisation, qui doit être bien meilleure que cela. Je parle de quatre, cinq ou six sorties de camps, des ballons perdus, d’autres trucs… c’est trop, trop, beaucoup trop et Montpellier en a profité. C’est vraiment l’un de nos plus mauvais matchs depuis très longtemps. Ce n’est pas agréable à dire, mais il faut le reconnaître. »

 

Sobela : « On ne s’est pas reconnus »


Durant le match, on s’est dit que cette équipe n’avait plus grand-chose en commun avec celle qui avait, deux semaines plus tôt, corrigé le Stade toulousain. Comme l’a expliqué Pierre Mignoni, il faut admettre que les deux rencontres ne se sont pas jouées dans les mêmes conditions climatiques. Mais tout de même : « Même nous, on ne s’est pas reconnus, grimaçait Patrick Sobela. C’est la première fois qu’on fait un non-match. Le plus important, c’est la suite. On ne va pas rester là-dessus. Se concentrer sur la réception de Castres. » Une réception capitale pour se remettre les idées en place, et profiter de la trêve pour régénérer les corps.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?