Top 14 - À trop jouer, Castres s’est fait peur

  • Geoffrey Palis, auteur de son premier essai de la saison, a été très actif sur son aile. Photo La Dépêche du Midi
    Geoffrey Palis, auteur de son premier essai de la saison, a été très actif sur son aile. Photo La Dépêche du Midi La Dépêche du Midi
Publié le

Les Castrais sont passés proche de la correctionnelle face à Brive. Malgré une énorme envie de jouer, les joueurs de Pierre-Henry Broncan s’en sont remis à leur huit de devant.

Il y a encore deux saisons, les joueurs de Castres étaient surnommés les « pénibles ». Une formation adepte du jeu d’avants, préférant parfois le combat aux grandes envolées. Mais les temps ont changé. Depuis bientôt un an, le duo Broncan-Darricarrère a transformé le jeu tarnais, fait aujourd’hui de redoublées et de passes sautées. Une manière d’envoyer du jeu qui a bien failli coûter cher face au CAB. Trop excités à l’idée de faire briller leurs ailiers, les Castrais en ont parfois oublié les bases comme le soulignait Geoffrey Palis à l’issue de la rencontre : « On a énormément déplacé le ballon, ce qui nous a souvent coupés de nos soutiens. Brive nous a fait mal dans les rucks car on était parfois en retard par ce fait. On a eu du mal à ce niveau-là, on aurait souvent dû un peu plus fixer cette défense briviste avant d’écarter et de jouer dans les espaces. » À chaque attaque, la ligne arrière castraise semblait étouffée, comme lancée à pleine vitesse dans le piège tendu par une défense briviste bien inspirée et rarement prise à défaut. « On n’a pas su alterner le jeu, tout simplement avouait David Darricarrere. Nos imprécisions nous ont empêchés de bien mettre notre jeu en place, ce qui a failli nous être préjudiciable. » À failli simplement pour le CO, car les avants tarnais veillaient au grain…

 

Chassez le naturel…


Quand tout ne marche pas dans le bon sens, il faut parfois savoir s’en remettre aux acquis. Les Tarnais, ambitieux mais maladroits, ont malgré tout su s’appuyer sur un pack de devant dominateur pour empocher les quatre points. La bascule s’est faite aux alentours de la trentième minute. Derrière une mêlée ultra-dominatrice, c’est l’alignement castrais qui s’est mis en lumière, envoyant Levan Chilachava en terres promises. « Sur nos premiers ballons, notre volonté était de mettre énormément de volume à notre jeu, assurait David Darricarrère en zone mixte. Face à une défense corrézienne très bien en place, il a fallu s’en remettre aux bases pour remettre la marche avant et faire la différence. » Comme un symbole, c’est également après un ballon porté que Thomas Combezou a trouvé la brèche en seconde période au cœur du rideau défensif de Brive pour servir Geoffrey Palis, auteur du deuxième essai castrais. Oui le CO a changé sa philosophie de jeu, mais il sait également se montrer nostalgique et pragmatique quand il le faut. Ce nouveau succès, tant compliqué fut-il, conforte encore un peu plus la place de Castres dans le top 6 du championnat. De bon augure avant de se déplacer sur la pelouse synthétique de Lyon la semaine prochaine, une surface favorable aux grandes envolées…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Vincent FRANCO
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?