Bayonne à la croisée des chemins

  • Le manager Yannick Bru perçoit cette rencontre au sommet comme une indication sur le niveau de son équipe. Photo Icon Sport Le manager Yannick Bru perçoit cette rencontre au sommet comme une indication sur le niveau de son équipe. Photo Icon Sport
    Le manager Yannick Bru perçoit cette rencontre au sommet comme une indication sur le niveau de son équipe. Photo Icon Sport
Publié le

Dans ce match pour la première place, à l’heure d’un premier bilan, l’heure est venue pour l’Aviron d’affiner son jeu et d’affirmer ses prétentions. En plus face au leader.

Le public bayonnais l’a bien senti vu l’engouement des réservations. Jean-Dauger sera comble, plus une place à vendre, pour le match qui délivrera la place de premier. Ce rendez-vous se veut le plus important du début de saison pour les Bayonnais. À plus d’un titre. D’abord du point de vue du résultat. Mais aussi parce qu’au tiers de la phase régulière, il sera primordial de faire le point sur les ambitions du club. "C’est le dernier match de ce bloc et il doit nous permettre de faire la synthèse de tous les chantiers qu’on a entrepris, souligne Yannick Bru, toujours en se centrant sur nous. On se doit de confirmer les progrès que l’on a affichés depuis le début du bloc sur le plan offensif. Devant notre public et en plus face au leader actuel." Les ambitions de l’Aviron sont claires depuis le début de la saison et énoncées par le président Philippe Tayeb. Sur le terrain, cela se traduit par un parcours qui s’affine. "C’est le 10e match de la saison, continue le manager. Tous les entraîneurs, après une telle période, ont une vision claire des forces et des faiblesses de leur équipe. Pour nous, il sera important de dresser ce bilan sachant que l’on aura été confronté sur ce bloc à deux des équipes qui dominent la division, Colomiers et Mont-de-Marsan. Après cette confrontation, on aura une idée claire de notre positionnement. Même si, avec l’ensemble du staff, on sait où on veut aller et on connaît aujourd’hui nos forces et notre marge de progression."

Si Bayonne a plus ou moins déçu parfois dans ses contenus, le déclic s’est opéré à Colomiers. Depuis, il marche sur une courbe ascendante. "Disons que le frein a été levé alors, confirme Yannick Bru. On s’est créé des occasions franches, bien emmenées collectivement. C’est la première fois que l’équipe a joué avec liberté et a vraiment pris confiance en elle sur le plan de l’attaque. Ça a été un moment important dans la construction offensive. On a confirmé contre Aix. Maintenant il s’agira de rester dans cette progression face à la meilleure équipe de Pro D2 depuis le début du championnat."

L’heure du premier bilan

La récente victoire à Narbonne a révélé à la fois les fragilités encore présentes et les plus. La régularité dans le jeu, la propension à commettre des fautes de mains, entre autres, n’ont pas empêché les Basques de prendre le dessus, parfois brillamment. Ils paraissent irrésistibles quand ils se mettent au diapason de leur potentiel. "J’ai beaucoup de confiance dans le potentiel de notre équipe, affirme le manager. Il y a des moments où l’osmose se crée et d’autres où on est sur un courant alternatif, où notre jeu est pollué par des incompréhensions, des erreurs techniques. On sait qu’on doit être plus constant sur la durée de tout un match, la conquête, la solidité défensive, la conservation, les prises de décisions. On a toujours du déchet dans ces secteurs. Contre Mont-de-Marsan, il faudra absolument qu’on élève notre niveau et que tous les secteurs soient performants… sachant que le match parfait n’existe pas." Lors de cette échéance du dixième match, moment donc d’un premier bilan, les Bayonnais voudront gommer les défauts apparus et surtout consolider leurs points forts pour stimuler leur progression. Et cette étape dans leur parcours tombe face au leader… "Le destin fait bien les choses, conclut Yannick Bru. Si on ne produit pas un grand match, on ne gagnera pas !"

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Edmond Lataillade
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?