Top 14 - Ignacio Calles (Pau), le plus Béarnais des Pumas

  • Ignacio Calles va pouvoir retrouver ses coéquipiers de la Section. Après sa blessure à un bras, il devrait être titulaire ce week-end face à Biarritz. Photo Icon Sport
    Ignacio Calles va pouvoir retrouver ses coéquipiers de la Section. Après sa blessure à un bras, il devrait être titulaire ce week-end face à Biarritz. Photo Icon Sport Icon Sport - Hugo Pfeiffer
Publié le

Remis de sa blessure à un avant-bras, le pilier argentin Ignacio Calles arrivé jeune en Béarn a repris fin septembre. Ce coup du sort lui avait coûté assez cher et on le sent prêt à rattraper le temps perdu.

Il est toujours en quête de sa première titularisation de la saison. Elle devrait survenir en principe contre Biarritz dans une rencontre finalement décisive pour le maintien.

Ignacio Calles s’était blessé en avril 2021 face au Stade français, une double fracture de l’avant-bras, radius et cubitus. "À la 79e d’un match contre le Stade français, sur un plaquage." Il a fallu attendre plus de quatre mois pour que tout se consolide : "Avec des petits bouts d’os qui se baladaient, mais le chirurgien a fait un super boulot." Ce coup du sort lui a coûté cher, il a non seulement manqué la fin de saison de la Section, mais le tournoi de l’hémisphère sud avec les Pumas.

Il avait participé à l’édition 2020 : "Mais je n’ai pas eu la chance de jouer pour les tests. J’ai juste fait des matchs de préparation. Autrement, j’ai porté le maillot national avec Argentine XV, la deuxième équipe, et les moins de 20 ans, avec deux coupes du monde à mon actif."

A Pau, l’ère du changement

Ignacio Calles est originaire de Tandil, au sud de Buenos Aires, puis il a gagné la capitale pour progresser sous le maillot de Liceo Naval, le club des frères Fernandez-Lobbe. Il jouait troisième ligne au départ, mais l’horizon était bouché à ce poste dans les sélections de jeunes. Alors il est passé au talonnage, il a chanté ses premiers hymnes nationaux avec les numéros 2 et 16 dans le dos.

"À Liceo Naval, j’avais dépanné au poste de pilier gauche, mais c’est à Pau que j’ai vraiment changé de poste." Ignacio est arrivé très tôt à la Section paloise. C’était en 2016, il avait vingt ans : "Mon meilleur souvenir, ça reste la finale 2018 que j’ai vécue avec les Espoirs. même si nous avions perdu en finale face à Clermont. C’était une année magnifique pour tout un groupe dont beaucoup ont joué en équipe première." Les Rey, Corato, Le Bail, Hastoy, Colombet étaient de la partie, tout comme le Bordelais Romain Buros ou le Racingman Baptiste Pesenti. "La même année, j’ai vécu la demi-finale de Challenge européen face à Cardiff. J’ai aussi participé à de belles victoires à l’extérieur à Clermont ou à Montpellier. Cette année nous sommes en phase de construction, il faut se montrer patients, tout en se donnant à fond."

Avec l’équipe nationale, Ignacio a vécu aux premières loges, mais sans chausser les crampons un événement historique, la toute première victoire des Pumas face aux All Blacks, le 14 novembre 2020 à Sydney , 25-15. "Évidemment, j’espère retrouver le niveau international un jour."

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?