Top 14 - Le Biarritz Olympique veut être plus discipliné

  • Matthew Clarkin (Biarritz olympique)
    Matthew Clarkin (Biarritz olympique) Icon Sport - Manuel Blondeau
Publié le , mis à jour

Trop souvent pénalisé à Toulon pour l’emporter, le Biarritz olympique sait sur quoi il devra être irréprochable samedi, s’il veut rentrer du Béarn avec un résultat positif.

C’était il y a une grosse semaine. À quelques jours du voyage à Toulon, son ancien club, nous avions appelé Steffon Armitage. Il nous avait parlé de ses souvenirs au RCT, tout en affirmant : "À Mayol, il faudra qu’on soit disciplinés. On donne trop de choses aux autres équipes, car nous sommes trop pénalisés. Si nous arrivons à gérer ça, je pense que le match pourra tourner en notre faveur." Alors, verdict ? Sanctionné à dix-sept reprises (treize fois en première mi-temps, quatre en seconde), le BO n’a ramené qu’un point de bonus défensif du Var. C’est déjà bien, mais sans autant de fautes, il aurait peut-être fait mieux.

Dès lors, comment expliquer que le club basque ait été autant sanctionné ? Cette défaillance est-elle venue d’erreurs individuelles ou d’un problème au niveau de l’interprétation de la règle ? "Je pense que c’est un peu des deux, analyse à froid Matthew Clarkin. Chaque arbitre applique la règle avec sa propre interprétation. Que l’on soit d’accord ou pas avec ça, on aurait peut-être dû s’adapter plus tôt. Nous avons mis un peu trop de temps, c’est dommage."

Clarkin : "Des précisions, plus que des explications"

Ce début de semaine, le staff biarrot s’est donc attelé à échanger avec Franck Maciello, directeur national de l’arbitrage, afin de ne pas tomber à nouveau sous une pluie de pénalités, le week-end prochain, dans le Béarn. "Nous demandons des précisions, plus que des explications, détaille le directeur sportif. Nous essayons d’avoir un dialogue afin de mieux avancer."

Aussi, le club basque a cherché à comprendre comment le meilleur gratteur du championnat (Dyer) fut à ce point sanctionné à Toulon. Car si Biarritz est excellent dans ce secteur depuis le début de la saison, il sait qu’un résultat positif au Hameau pourrait passer par une domination dans les rucks. "Il faut peut-être que l’on soit plus exigeants avec nous-même et que l’on cherche à être plus efficaces en prenant, peut-être, moins de risque en face d’un arbitrage qui a un point de vue un peu différent", conclut Clarkin.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Pablo ORDAS
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?