Top 14 - Lester Etien (Stade français) veut relever la tête

  • Lester Etien revient en forme et le Stade français pourra à nouveau compter sur ses grandes qualités de puncheur. Photo Icon Sport
    Lester Etien revient en forme et le Stade français pourra à nouveau compter sur ses grandes qualités de puncheur. Photo Icon Sport Icon Sport - Hugo Pfeiffer
Publié le

Remplaçant à Pau, L'ailier du Stade français Lester Etien sera titulaire pour la première fois avec le Stade français depuis le 27 mars dernier, la faute à une grave blessure survenue au printemps. Une longue période d’indisponibilité que le Parisien a très mal vécue…

Difficile d’imaginer Lester Etien en pleine déprime tant l’ailier du Stade français affiche constamment un sourire XXL, quelles que soient les circonstances. Depuis son arrivée dans la capitale en provenance de Massy il y a quatre ans, il trimballe sa bonne humeur dans les couloirs de Jean-Bouin. Qu’importent les périodes parfois chaotiques vécues par le club de la capitale, il est de ceux qui ont épousé la positive attitude. Pourtant, l’ancien Massicois vient de traverser la phase la plus noire de sa jeune carrière. Souvenez-vous. Au printemps dernier, il est fauché par une vilaine rupture d’un tendon d’Achille en plein cœur d’une saison personnelle très aboutie. Les chiffres témoignent : 19 matchs dont 18 en tant que titulaire pour sept essais inscrits. Il est alors dans la droite lignée de sa saison précédente qui l’avait conduit à participer aux rassemblements du XV de France pour préparer les rencontres du Tournoi des 6 Nations 2020. Évoquer ce souvenir est encore douloureux pour lui. "En fait, j’ai raté le meilleur et je l’ai très mal vécu, souffle-t-il. J’ai suivi de loin la fin de saison alors que l’équipe tournait super bien. Or, depuis que je suis au Stade français ça n’a pas toujours été le cas. J’étais vraiment dégoûté, mais je ne voulais pas le montrer." "C’est quelqu’un qui aime s’entraîner, qui aime jouer, être avec ses copains, ajoute le manager Gonzalo Quesada. Pour lui, ça a été vraiment très difficile."

Etien : "Envie de tout donner"

Il reprend : "C’était ma première grosse blessure. Je n’avais jamais été opéré jusque-là. J’ai franchement broyé du noir. Je ne me sentais pas bien et c’était renforcé par le fait que l’équipe, elle, a vécu une chouette fin de saison. J’ai commencé à reprendre le dessus seulement au bout de deux mois." Les trois semaines de rééducation au Cers de Saint-Raphaël lui ont permis de retrouver moral et sourire. Et puis, il a travaillé de façon acharnée pour revenir au plus vite. Une première entrée en jeu samedi dernier à Pau dans une partie de "ping-pong rugby" pas franchement faite pour ses qualités de puncheur. Ce samedi face à Montpellier, il sera sur la pelouse de Jean-Bouin au coup d’envoi. "On sait qu’il n’est pas encore à 100 %, note Quesada. On sait aussi qu’il n’a pas encore 80 minutes dans les jambes, mais c’est un joueur important dans le groupe." Et pour cause. En quatre ans, Etien s’est installé dans le vestiaire stadiste. Et le club a besoin de ce genre de joueurs. Il colle parfaitement au projet initié par le directeur général Thomas Lombard qui souhaite une identité très parisienne. Ça tombe bien, Etien a la capitale chevillée au corps. Qu’en pense-t-il ? "Je n’attends que le coup d’envoi de ce match, répond-il. Je sais moi aussi que je ne suis pas encore à 100 %, mais j’ai envie de tout donner pour mon club et de ne plus avoir à revivre ce genre de période."

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?