XV de France - Thibaud Flament, une première d’enfer

  • Thibaud Flament (France), auteur du premier essai français face à l'Argentine.
    Thibaud Flament (France), auteur du premier essai français face à l'Argentine. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Pour sa première cape, Thibaud Flament a été un des meilleurs Bleus ce samedi face à l’Argentine. Le Toulousain a inscrit le premier essai tricolore et a été le plaqueur le plus actif. Un premier examen international réussi avec mention bien.

Ce samedi 6 novembre 2021 était amené à rester mémorable pour Thibaud Flament, quoi qu’il arrive. Le deuxième ligne honorait sa première cape avec le XV de France à Saint-Denis. Des quinze joueurs alignés au coup d’envoi, il était d’ailleurs le seul novice à ce niveau de la compétition. Choisi pour sa qualité de déplacement et l’étendue de sa palette technique, le Toulousain, 24 ans, passait un très sérieux test, qui plus est face à une deuxième ligne de très haut vol, Petti-Lavanini.

D’entrée de jeu, le globe-trotter, passé par la Belgique, l’Argentine et l’Angleterre, a justifié la confiance de l’encadrement en abattant un travail défensif précieux. A la mi-temps, il pointait en tête des meilleurs plaqueurs tricolores avec déjà sept interventions à son actif ; avant l’heure de jeu, il avait déjà atteint la dizaine de plaquages à son actif pour terminer à onze unités. Sa mobilité et son investissement lui ont régulièrement permis de s’illustrer dans l’ombre.

Au milieu de tout ça, à la 50e minute, un éclair a mis en lumière toutes ses qualités : servi à hauteur par Matthieu Jalibert, le deuxième ligne a signé une accélération tranchante, pris le meilleur sur Julian Montoya et Emiliano Boffelli avant de s’arracher jusqu’à l’en-but. Un essai vécu comme une petite délivrance pour un Stade de France crispé par le scénario d’une rencontre indécise.

Un profil sans équivalent

Ce samedi, l’ancien joueur des Wasps aura en fait tout bien exécuté : on l’a vu se proposer dans le jeu courant, faire vivre le ballon derrière lui, être agile dans les airs, le tout sans commettre de fautes et en tenant le choc dans le jeu au sol, là où le bât aurait pu blesser.

Vanté comme le prototype du deuxième ligne moderne, Thibaud Flament a tenu cette promesse et a sans doute marqué de nombreux points aux yeux de l’encadrement. Son rapport vitesse-puissance n’a sûrement pas d’équivalent aujourd’hui dans le rugby français. Si ce n’est peut-être, ironie de l’histoire, celui qui l’a remplacé à la 70e minute en la personne de Sekou Macalou. A 24 ans, Thibaud Flament, qui a également pour lui sa polyvalence de deuxième-troisième ligne, est sûrement parti pour une belle aventure en Bleu. Elle a commencé un samedi 6 novembre par une victoire et un essai de sa part. On peut difficilement espérer un plus beau baptême. 

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?