Mérignac : un derby pour décoller

  • Mérignac entend ne plus céder de terrain chez lui, condition sine qua non de son maintien sur le podium.  Photo DR Mérignac entend ne plus céder de terrain chez lui, condition sine qua non de son maintien sur le podium.  Photo DR
    Mérignac entend ne plus céder de terrain chez lui, condition sine qua non de son maintien sur le podium. Photo DR
Publié le , mis à jour

Troisième de la poule 15, l’AS Mérignac rugby entend retrouver une solidité à domicile en commençant par Le derby contre Pessac.

Les Mérignacais ont beau être troisièmes à quatre unités du duo de tête constitué par Vergt et l’US Castillonnaise, ils ne sont pas satisfaits. En cause, les deux défaites, les seules concédées après six journées, qui ont eu comme théâtre le stade Robert-Brettes, et justement contre ces deux sérieux prétendants à la montée. "Comme n’importe quel club qui veut rester invaincu à domicile, ça ne fait jamais plaisir de perdre devant son public. C’est ça le gros point noir de ce début de saison", résume Arthur Chollon, ex-troisième ligne professionnel et actuel entraîneur général de Mérignac. Pour autant, ces deux revers n’impliquent pas les mêmes scénarios. Et le degré de frustration varie : "Contre Vergt, nous sommes vraiment dominés par une équipe qui a beaucoup d’anciens joueurs de Périgueux, elle s’est beaucoup renforcée cette année, et elle est le véritable favori de la poule, poursuit celui qui a d’abord connu des succès avec les espoirs de Mérignac avant de diriger la première. Mais Castillon entre deux fois dans nos 22, leur buteur ne fait pas loin de 100% tandis que nous ne concrétisons pas 4 ou 5 occasions d’essais. Ça nous laisse des regrets."

Corriger une indiscipline chronique

Si le début de saison n’est pas satisfaisant pour les dirigeants de Mérignac, c’est aussi parce que leurs ambitions sont grandes. Son président David Darquier est clair à ce sujet : "On n’a pas atteint l’objectif envisagé, à savoir la première ou la deuxième place pour accéder à la Fédérale 2. Il faut titiller, rivaliser avec ces deux équipes pour leur prendre la place. Même si à ce jour je nous estime inférieur." Pour remédier à cela, le derby contre Pessac, ville limitrophe de la banlieue bordelaise, est une bonne opportunité. Cela permettrait à l’ASMR de renouer avec la victoire d’une part devant ses supporters mais aussi dans un match couperet, ce qui n’a pas été le cas jusque-là. "Pessac vient à Mérignac avec des intentions, prévient le dirigeant. Malgré leurs difficultés dans le début de saison, on est persuadé qu’ils viendront pour nous battre. Il va falloir les prendre très au sérieux, comme s’ils étaient premiers de poule." Ce test face au voisin permettra aux Mérignacais de trouver le juste au milieu entre "l’engagement" que va prôner Arthur Chollon à son groupe, et l’indiscipline qui a trop souvent été un facteur. "C’est notre point faible, indique l’ancien joueur de Bordeaux-Bègles et du Stade français. On fait beaucoup trop de fautes. Mais avec Castillon nous sommes l’équipe avec le meilleur nombre d’essais (21 en 6 matchs). Ce qui est très bien." Sans compter les retours de blessure que devrait petit à petit enregistrer le club, et la machine pourra bel et bien être lancée.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Quentin PUT
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?