Pro D2 - Agen sur la voie de la guérison

  • Le buteur du SU Agen Thomas Vincent. Icon Sport
    Le buteur du SU Agen Thomas Vincent. Icon Sport Icon Sport - Romain Biard
Publié le

Depuis trois matchs, Agen semble avoir retrouvé son âme. Celle-là même qui lui a permis de surclasser Montauban il y a deux semaines à Armandie. À confirmer en Normandie.

Les regards ont changé, l’état d’esprit a évolué et le SU Agen a retrouvé de la sérénité. C’est indéniable. Sylvain Mirande et David Ortiz, qui ont repris le flambeau, abattent en tout cas un travail tel que les joueurs semblent très attachés à eux. Mais attention, certes Agen a pris dix points en trois rencontres mais il est encore loin d’être sauvé. "On ne s’attendait pas forcément à un début de saison aussi compliqué", reconnaît Florent Guion, le pilier gauche. Pour autant, il reste hyperpositif : "Nous avons un vrai bon groupe qui s’entend bien. On n’a jamais lâché, tous ensemble. Pour moi, c’est un honneur, une fierté, de porter ce maillot. Et j’espère que ce troisième bloc va nous permettre de confirmer tout ça."

D’ailleurs, le Périgourdin d’origine, blessé à un genou, ne participera pas au match en Normandie. Un crève-cœur pour lui, l’ancien Rouennais. "Si j’en suis là, c’est grâce à Rouen. J’y ai passé des saisons exceptionnelles. Mais je pousserai avec mes copains d’Agen", sourit-il, même si l’on imagine bien qu’il aurait aimé retrouver ses anciens coéquipiers.

La touche, la mêlée et un buteur…

Guion connaît donc bien le RNR. Et même s’il ne prépare pas le match avec le reste du groupe, il prévient : "Rouen fait un bon début de saison, notamment à domicile. Ils ont une très bonne touche, un buteur fiable et une grosse défense. C’est ce qu’il faut pour réussir en Pro D2." Et c’est également ce qu’il faudra au Sporting pour se défaire du piège normand. Si la mêlée est clairement le point fort de cette équipe cette saison, il faudra impérativement confirmer le regain de forme en touche. Mais aussi que Thomas Vincent confirme sa belle prestation face aux perches de Montauban.

Parce que finalement, pour gagner à Rouen, les secteurs clés n’auront jamais aussi bien porté leur nom. En tout, ils pourraient permettre à une équipe qui n’a plus gagné depuis 636 jours à l’extérieur, de rayer un autre triste record. Et de surfer sur une nouvelle ère.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Mathieu Vich
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?