Pro D2 - Pour Montauban, c'est une question de fierté

  • Yassin Boutemmani et le pack montalbanais se doivent une revanche après la claque reçue à Agen. Photo Midi Olympique - Patrick Derewiany
    Yassin Boutemmani et le pack montalbanais se doivent une revanche après la claque reçue à Agen. Photo Midi Olympique - Patrick Derewiany Midi Olympique - Patrick Derewiany
Publié le

Après le lourd revers à Agen, Montauban a pu profiter de quelques jours de vacances avant de se préparer pour la réception de Nevers. Gagner est une question d’honneur.

La pilule a encore du mal à passer. Comment Montauban, alors quatrième du championnat, a-t-il pu subir telle déroute sur la pelouse d’Armandie avant la trêve ? Face à ce qui était la lanterne rouge, l’USM n’a jamais rivalisé et s’est finalement fait violemment fesser (41-17). "Jouer petit bras et ne pas jouer au rugby, ça ne pardonne pas, s’agaçait David Gérard à l’issue de ce match. Quand tu portes le maillot du club, tu te dois de le défendre." Un manque criant de solidarité, d’envie et de puissance était alors à déplorer. Tout le contraire de ce qu’avaient montré les Montalbanais lors de ce deuxième bloc, et même depuis le début de la saison ! Prenez pour témoin la rencontre face au leader montois quelques jours avant et cette victoire des Sapiacains glanée avec un courage hors normes. "Quand on regarde, notre deuxième bloc est réussi, analysait Florent Wieczorek avec du recul. Mais au final, tu repars du match d’Agen frustré et énervé. Quand tu cibles des matchs, que tu fais des grandes phrases toute la semaine et que tu rends la copie que tu rends…"

La mêlée doit se rattraper

Alors les vacances ont forcément eu un goût particulier pour le groupe montalbanais qui a l’obligation maintenant de faire oublier cette déroute, question de fierté. "Il faut relever la tête car il y a eu des prestations qui ont été inadmissibles sur ce match", lançait Wieczorek. L’entraîneur des avants l’avait d’ailleurs particulièrement mauvaise à propos d’un secteur de jeu, habituellement point fort des siens : "C’est sur la mêlée que je suis très en colère. C’est quelque chose qu’on avait vu et travaillé dans la semaine !" Les absences de Christopher Vaotoa et Mirian Burduli se sont notamment fait largement sentir alors que la réception d’une équipe solide de Nevers se profile. Les hommes de l’ancien Montalbanais Xavier Péméja viennent avec l’ambition de faire tomber Montauban à domicile pour la première fois de la saison. "La problématique elle n’est pas à Sapiac, rassurait tout de même Wieczorek. Elle est dans comment on aborde les matchs à l’extérieur. Si on analyse les trois défaites : à chaque fois qu’on a été absents devant, on a été en difficulté. Et à Montauban plus qu’ailleurs, le rugby ça commence devant. Sinon, c’est un château de cartes, tout tombe." Une réaction d’ego est donc attendue dès ce vendredi, de la part des avants forcément, mais aussi de tous les joueurs de l’USM.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Yanis Guillou
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?