Vainqueur de la Nouvelle-Zélande, ce XV de France est immense

  • Romain Ntamack et Peato Mauvaka ont inscrit trois des quatre essais français contre les Blacks.
    Romain Ntamack et Peato Mauvaka ont inscrit trois des quatre essais français contre les Blacks. Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

Au terme d’un match d’un niveau exceptionnel et d’une intensité folle, les Bleus ont dominé les All Blacks (40-25) et sont officiellement redevenus une grande nation mondiale.

Voilà des semaines, des mois, qu’ils avaient tous la même obsession en tête. Ce samedi 20 novembre devait être un grand jour pour le rugby français. Du moins dans son histoire moderne. C’était écrit, et les hommes de Fabien Galthié ont su être dignes de la légende qu’ils daignent s’offrir. Dès sa prise de fonction, il y a près de deux ans, le sélectionneur avait martelé que le XV de France avait désormais pour unique ambition de rejoindre le top 3 mondial et d’y rester. Mais avant de viser le sommet de la hiérarchie, encore fallait-il passer avec succès chaque étape. Depuis le Tournoi des 6 Nations 2019, les Bleus progressent mais surtout séduisent. Il était aujourd'hui l’heure de matérialiser les promesses, de concrétiser les espoirs et les rêves les plus fous. Un titre ? Il est certes honorifique après trois victoires en autant de sorties automnales mais ô combien précieux. Et il y avait tellement plus... Lorsqu’il est question de devenir les meilleurs, il faut battre ceux qui sont considérés comme tels. Dans ce sport, ils s’appellent les All Blacks et se présentaient au Stade de France. Puis, autant l’avouer, cela faisait belle lurette que les joueurs français n’avaient pas eu de quoi les regarder droit dans les yeux comme ce fut le cas à Saint-Denis.

La furia tricolore

Ce samedi, les Bleus se savaient forts, très forts. Plus forts que leurs (pourtant) redoutables adversaires. Et ils n’ont eu besoin que de trois petites minutes pour le faire comprendre aux 80 000 spectateurs privilégiés assis (enfin, pas souvent…) dans les tribunes. Une pression incroyable sur les attaquants néo-zélandais, une touche à cinq mètres de l’en-but, un premier maul porté et le quatrième essai de Peato Mauvaka en ce mois de novembre ! Le plus impressionnant, ce fut presque l’autorité avec laquelle les partenaires de « Captain Dupont » ont remis les All Blacks à leur place (modeste avant la pause ce samedi) par la suite. Parce qu’en champions, eux ont réagi pour revenir à 7-6 après dix minutes de jeu. Parce qu’aussi, menés largement en fin de première période, ils ont oublié une pénalité à vingt-deux mètres en face pour préférer une pénaltouche. Échec. Oui car, entre-temps, les « Tout Noirs » (habillés en tout blanc pour l’occasion) avait subi la terrible furia française, concrétisée par un essai plein de vista de Romain Ntamack (14e) et un autre de l’inévitable Mauvaka (32e). Quand Galthié l’avait présenté, en amont de cette tournée, comme le finisseur idéal, il ne croyait sûrement pas si bien dire…

Un stade en transe

Le problème ? Il est que, même quand ils n’apparaissent pas dans un grand soir, les Blacks demeurent les Blacks. Allez donc expliquer comment, en deux temps, trois mouvements et autant de tours de magie, cette équipe - à l’agonie avant de rejoindre les vestiaires – s’est retrouvée à seulement deux longueurs du XV de France à l’heure de jeu. Trois essais de Jordie Barrett, Rieko Ioane et Ardie Savea, puis les revoilà. À tous ceux qui pensaient – à juste titre – que les Bleus étaient trop supérieurs pour entrevoir le moindre suspense, cette sélection venait rappeler pourquoi elle est tellement inclassable… Mais, ce samedi, c’est bien la France, en tout cas cette nouvelle génération dorée, qui avait décidé de graver son empreinte dans le marbre. Un sans-faute de Jaminet au pied, une relance exceptionnelle de Ntamack depuis son en-but pour finir d’enflammer un stade en transe, puis une interception décisive de Penaud pour le quatrième essai (67e), et les Bleus s’envolaient. Définitivement. L’ère Galthié a clairement basculé dans une autre dimension. L’histoire de ce groupe est en marche, jusqu’à la Coupe du monde 2023. Quand il faudra croiser en match d’ouverture, au Stade de France, les All Blacks bien sûr.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (3)
EN DEUX Il y a 10 jours Le 21/11/2021 à 12:04

On aimerait bien pour tous les matchs, à commencer par celui là, avoir des explications et commentaires sur l'Arbitrage. Celui d'hier soir, n'était pas très clair dans certaines situations...les 2 premières pénalités offertes aux NZ, l'essai après chapardage du ballon sur Dupont...L'arbitrage mêlée, une action que semblait détester le Juge comme le recours à la vidéo ( au contraire de Poite). Jérôme Garcès et qq autres excellents arbitres francais ou internationaux pourraient donner des clés de lecture...Cela étant, match après match on voit plus de discipline dans les équipes.
31 Acteurs, 2 assesseurs et rien sur le 31ème....

EN DEUX Il y a 10 jours Le 21/11/2021 à 11:17

On ne peut que souligner l'exceptionnel match de N'Tamack qui marchait sur les eaux hier et a fait hier soir le match parfait, Jaminet a été exceptionnel de Lucidité et dans tous les registres d'arrière avec sérénité et concentration, merveilleux Mauvaka, rolls royce à la pointe de l'équique. En revanche, Dupont semble devoir être délesté du poids du Capitanat, peut être au profit d'un ancien comme Fickou ou bien il faudra le retour d'Ollivon. Willemse et Alldritt semblent un peu émoussés par rapport à leurs extraordinaires premiers pages.
Arbitrage parfois illisible avec visiblement détestation des mêlées où il semble y avoir eu des problèmes techniques..à régler.
On ne pourra que remercier les irlandais dans cette faena, pour avoir piqué et posé les banderilles sur une équipe NZ de la couleur de son maillot, All Grey, avec des joueurs dont l'ailier gauche qui mérite d'en être exclus. Le retour dans l'Ile va être difficile Seul Whitelock a fait ce qu'il a pu, renclenchant la 1ère en début de seconde mi temps...
Il est urgent de prévoir un Plan BANDAS, c'est misère de n'entendre que la Marseillaise, des O, des A, et des sifflets pour tout et n'importe quoi. Peut être une petite vidéo serait elle nécessaire pour les Franciliens Le Rugby est un Art pas un jeu de baballe pour manchots milliardaires. Dommage que le Hameau ou Jean Dauger n'ait pas 80000 places.

Chabalou Il y a 10 jours Le 20/11/2021 à 23:42

Galthié un sacré entraîneur et meneur d'hommes. Dire que son prédécesseur avait les mêmes joueurs et n'a rien fait. bravo les bleus...vite le 6 nations pour le remporter