Contre Agen, Rouen a envoyé du lourd

  • Retour à Robert-Diochon pour des rouennais qui avaient préparé la réception d’Agen très sérieusement dans le but de continuer à avancer. C’est chose faite.
    Retour à Robert-Diochon pour des rouennais qui avaient préparé la réception d’Agen très sérieusement dans le but de continuer à avancer. C’est chose faite. Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

Retour à Robert-Diochon pour des rouennais qui avaient préparé la réception d’Agen très sérieusement dans le but de continuer à avancer. C’est chose faite.

Secoué d’entrée, Rouen n’a pas paniqué et s’en est remis aux fondamentaux du combat. Dominateur en mêlée fermée mais aussi dans les mauls, l’intensité a été mise tout au long du match. « Je crois qu’on peut être satisfait d’être au niveau face à de belles équipes qui commencent à se dire que venir à Rouen, ce n’est pas forcément la garantie d’une victoire. On construit nos matchs, on a du caractère, on est consistants. Maintenant, il va falloir renouveler les efforts et arrêter d’être chaotiques à l’extérieur », analyse Fabien Dorey, le talonneur rouennais.

Du côté agenais, c’est la soupe à la grimace. Pourtant de l’envie, il y a en eue, des envolées aussi mais face à la défense normande rien n’y a fait.  « On n’est pas payés je pense. On voit que quand on enchaîne les passes, on les submerge bien, mais on tente des offloads dans de mauvaises zones, moi le premier. On se complique la tâche. Derrière, on prend deux fois le même essai, c’est un peu fragile encore. Il va falloir vite s’y remettre », avoue l’ouvreur d’Agen, Thomas Vincent.

Car c’est bien l’autre Vincent, celui de Rouen, Fabien dit « Zazou », troisième ligne remplaçant, qui est à l’œuvre en bout de ligne, pour aller aplatir deux fois, après un énorme boulot de Nadir Megdoud, étincelant ce soir). « Moi j’ai juste eu à courir tout droit sur 10 mètres, c’est Nadir qui attire sur lui la défense. Plus sérieusement, on avait vu que la défense d’Agen se concentrait souvent dans l’axe du terrain. Donc, en mettant du poids en face du seul ailier restant, il y avait possibilité de marquer. On l’a fait et deux fois » raconte goguenard, l’enfant du pays normand.

Un apport du banc non négligeable

De cette soirée, on retient aussi l’apport du banc, le niveau a été constant, même si l’essai pris en fin de match est un peu idiot, il ne remet pas en cause le travail fourni. « On doit encore gagner en patience, se maîtriser, faire ce qui a été décidé, notamment sur les contests en touche. La lucidité avec la fatigue, il faut la gérer, on a encore des fautes de comportement. S’il n’y a pas ça, on gagne plus largement ce soir sans laisser de point à la fin » analyse Renaud Dullin, un des coaches rouennais.

Si le classement valorise le travail, le déplacement à Aurillac va être costaud, et les conditions fin novembre plutôt à l’avantage des Cantaliens, il faudra montrer encore que Rouen est là.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Gaël LECOEUR
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?