Honneur : Thiers, un promu tranchant

  • Le talonneur, Benjamin Beauvoir, et ses coéquipiers débarquent en Honneur sans complexe et brouille la hiérarchie établie.
    Le talonneur, Benjamin Beauvoir, et ses coéquipiers débarquent en Honneur sans complexe et brouille la hiérarchie établie. Midi Olympique - Midi Olympique
Publié le , mis à jour

Pour sa découverte de l’Honneur, trente après sa dernière expérience, Thiers surprend, grâce à une bande de gamins sans complexes qui sa chance à fond.

Ça s’appelle un débarquement en force. Promu en Honneur sur tapis vert (le club était troisième en Promotion-Honneur avant la crise sanitaire), Thiers découpe ses adversaires avec méthode, et un soupçon de réussite, et prouve tous les week-ends qu’il mérite sa place à ce niveau, après trente ans passés dans les divisions inférieures. Avant de recevoir la lanterne rouge hier, le promu pointait à la troisième place du classement, trois points derrière Mauriac, et trois points devant le CUC, désigné grand favori de la poule 1. « Mais ce serait précipité de dire que nous sommes une grosse équipe », prévient le président, Laurent Gozard, qui va vivre sa première saison pleine après avoir repris la présidence à l’été 2021. Le dirigeant présente la particularité de vivre… dans le Sud, et de s’occuper notamment des Gaudermen à l’AS Béziers ! Fils d’un ancien président, il n’a pas hésité longtemps quand Patrick Fongardan a dû passer la main. « Je suis Thiernois de cœur, rappelle-t-il. Il n’y avait pas beaucoup de volontaires. Alors j’y suis allé. » Il revient toutes les deux semaines en moyenne, et a fixé des objectifs à chacun. Et ça marche. « Je délègue beaucoup, j’ai des gens compétents autour de moi, tempère-t-il. Et je bénéficie du travail des présidents précédents, Patrick Fongardan, Gérard Queyrel ou encore Louis Guillon… »

Pas facile d’attirer les joueurs

Les fruits de la formation entreprise il y a des années, en lien avec le club voisin de Courpière, sont en train d’être récoltés. Les entraîneurs, Julien Fayet et Christophe Mazin, peuvent s’appuyer sur une bande de gamins, la génération 2000, championne d’Auvergne et vice-championne du Sud-Est en 2015, dont plusieurs membres sont partis s’aguerrir ensuite dans les équipes de jeunes et les Espoirs de l’ASM. « La philosophie du club est de développer nos ressources. Une section sports études vient de voir le jour. »

Il n’est en effet pas facile pour le club d’attirer des joueurs. À vingt minutes de Clermont, Thiers paraît pourtant parfois au fin fond du monde… Il reste maintenant à savoir jusqu’où ce groupe bien garni (73 joueurs) et homogène où les têtes ne dépassent pas, pourra aller. « Par expérience, j’attends que la trêve hivernale soit passée, souffle Laurent Gozard. Mais les gamins donnent beaucoup et reçoivent beaucoup. »

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Sébastien FIATTE
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?