Le baromètre des Bleus : Mauvaka explose, Macalou perd du terrain

  • Le baromètre des Bleus : Mauvaka explose, Macalou perd du terrain.
    Le baromètre des Bleus : Mauvaka explose, Macalou perd du terrain. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Au terme des trois victoires françaises dans cette tournée d'automne, il est temps de dresser le bilan humain. Qui est « in » ? Qui est « out » ?

Vainqueurs de l'Argentine (23-21), de la Géorgie (41-15) et de la Nouvelle-Zélande (40-25), les coéquipiers d'Antoine Dupont terminent la tournée d'automne invaincus et abordent le Tournoi des 6 Nations (du 5 février au 19 mars prochain) comme les grands favoris de la compétition. A l'heure de coucher les premiers bilans, plusieurs joueurs ont marqué des points. En première ligne, Peato Mauvaka, auteur de cinq essais au fil du mois de novembre, a rattrapé son retard sur Julien Marchand, à tel point que le staff des Bleus va devoir se creuser les méninges pour dégager un talonneur titulaire, l'hiver prochain. Dans la cage, le Bordelais Cameron Woki, habituel flanker de l'union Bordeaux-Bègles, a pris de court tous les observateurs, signant face à la Géorgie et la Nouvelle-Zélande deux performances majuscules au poste de deuxième-ligne : aérien, adroit balle en mains et bon dans le combat, l'ancien massicois est désormais incontournable dans le paquet d'avants tricolore. A moins que le Toulousain Thibaud Flament ne continue son irrépressible marche en avant ?

A la charnière, Antoine Dupont et Romain Ntamack ont profité de leur seul match disputé ensemble (contre les All Blacks) pour mettre la concurrence à des années lumière quand au milieu du terrain, le percutant Jonathan Danty a prouvé que son profil de puncher pouvait s'avérer précieux face à des défenses de plus en plus denses. Au fond du terrain, Melvyn Jaminet s'est installé comme le buteur à 100 % des Bleus (vingt points et 0 faute samedi soir) quand sur l'aile droite, Damian Penaud, trois essais lors des deux derniers matchs, a prouvé à son staff que ses deux dernières saisons poussives était un lointain souvenir....

 

Macalou, Jalibert et Haouas en victimes collatérales

 

Qui a perdu des points, alors ? Maladroit face aux Géorgiens, timide pour sa seule titularisation de la tournée, le soldat rose Sekou Macalou n'a pas vraiment convaincu les observateurs et dans la mesure où Charles Ollivon revienne rapidement à son niveau, le flanker du Stade français, si fort en championnat, va devoir se faire du souci quant à sa place dans le groupe France. A l'ouverture, si Matthieu Jalibert n'a pas déçu lors de ses deux premières titularisations, il a en revanche été blackboulé par la dernière sortie majuscule de Romain Ntamack, lequel s'installe à présent comme l'indiscutable meneur de jeu des Tricolores.

A droite de la mêlée tricolore, l'impunité de Mohamed Haouas a quant à elle été largement remise en question par le très bon match de Uni Atonio contre la Nouvelle-Zélande. Comme attendu, les absents (Bernard Le Roux, Camille Chat...) ont perdu du terrain, quand Brice Dulin, si bon l'an passé, paye le fait de ne pas savoir buter. Alors, les cartes vont-elles être rebattues lors du prochain Tournoi ? Rien n'est moins sûr, tant le staff voudrait aujourd'hui resserrer son groupe au maximum...

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
jmbegue Il y a 9 jours Le 21/11/2021 à 23:33

Il n'y a aucun article sur les joueurs qui vont et viennent entre l'EDF et leur club, pas plus que sur les joueurs qui n'ont pas fait de va et vient pendant la période des doublons et qui n'ont même pas fait banquette.
Je pense tout particulièrement à 2 joueurs du ST qui ont été renvoyés à la maison un il y a 15 jours (Aldegheri) et l'autre il y a 4 jours (Ramos).
Il y a d'un côté l'aspect humain. Et là, si il y avait des notes à attribuer, personnellement, je ne mettrais pas la moyenne au staff de l'EDF et à son chef en particulier qui n'a même pas eu un mot pour eux.
Et d'autre part, j'aimerais avoir un éclaircissement sur le fait que lors de la rencontre Racing-ST, des joueurs aient été remis à la disposition du Racing (et qui sont repartis à Marcoussis le lendemain) et ce ne fut pas le cas pour le ST. Notamment, les joueurs nommés plus haut. Ça, ça m'intrigue particulièrement...