L'édito : sublime

  • La joie des Bleus victorieux face aux Blacks.
    La joie des Bleus victorieux face aux Blacks. Midi Olympique. - Patrick Derewiany.
Publié le

L'édito du lundi par Emmanuel Massicard... Vous en rêviez ? Nous aussi. De la victoire et de son ampleur, de tout ce que raconte et va très longtemps chanter ce succès historique des Bleus face à la légende All Blacks. Pincez-moi, je rêve : 40 pions et quatre essais inscrits devant 79041 spectateurs. Rien à dire. Juste applaudir.

Cette génération de Tricolores aux allures de « gendres idéaux » n’a pas encore vengé les sales gosses de 2011, mais elle a marqué des points précieux à moins de deux ans de la Coupe du monde. Et sans se bercer d’illusions sur le véritable niveau de ces Blacks en fin de saison et bien émoussés, on se doit de profiter - un peu, beaucoup - de l’éblouissante démonstration de force du XV de France après tant d’années d’inconsistance sportive. Parfois d’incohérences.

Pincez-vous donc pour y croire : le mythe néo-zélandais s’est lézardé et ceux que l’on ne bat presque jamais mais qui nous ont offert la majorité des succès tricolores figurant au Panthéon du rugby français ont quitté Saint-Denis avec ce qu’il faut de mauvaises ondes, pour ne pas y revenir en sénateurs le 8 septembre 2023. C’est déjà ça.
Le reste, au-delà de ce match au scénario brindezingue, avec ses éclairs touchant parfois au génial et l’ambiance folle qui dégringolait des tribunes ? Évidemment, des promesses plus fortes que jamais. Et une chance incroyable d’avoir à vivre les dix-huit prochains mois qui nous séparent de la Coupe du monde bercés par un drôle d’engouement.

Ce rendez-vous charnière fait basculer l’équipe de France, le rugby français et l’organisation du Mondial 2023 dans une nouvelle dimension. Avec l’exigence d’avoir à assumer l’héritage de cette tournée et de ce dernier match en fanfare, pour transformer le « congélo » du Stade de France en un véritable chaudron digne du Millennium de Cardiff ; avec l’obligation de gérer la question du capitanat et de la charnière, plus généralement des égos et face à une concurrence renforcée dans toutes les lignes ; avec, enfin, les titres qui restent à remporter dès le prochain Tournoi pour asseoir la crainte chez nos adversaires, renforcer la confiance à l’intérieur de ce groupe qui restera soudé au seul prix du succès. Pour tout le monde, le sprint final est lancé.

Alors, têtes hautes ! Cette équipe génération « Jiff » a tout pour porter les promesses qu’elle fait naître : du talent en barre et des joueurs hors normes dont Antoine Dupont (sacré Oscar Monde par Midi Olympique en attendant, n’en doutez pas, d’être désigné meilleur joueur du monde par World Rugby), du caractère, un vrai collectif, une âme et une ambition féroce portée par un dessein technique ciselé. Regardez avec quelle poigne ce XV de France a soumis les Blacks en première mi-temps, dans le jeu d’avants et les zones d’affrontements directs.

Surtout, ces Bleus qui sont les phares du rugby français dégagent quelque chose de fort, sur lequel il faudra bien capitaliser. Une formidable joie de jouer totalement décomplexée, la confiance des titres emmagasinés, la simplicité de leur jeunesse et l’authenticité de leurs parcours. Ils sont nos gamins, frangins, potes ou voisins. Et on a envie de les aimer autant qu’on a aimé certaines générations de leurs aînés. Pourvu que ça dure. Pourvu qu’ils gagnent et qu’ils emportent le plus grand nombre.

Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
EN DEUX Il y a 8 jours Le 22/11/2021 à 18:08

L'essentiel est de tenir et de progresser. Plus jamais d'entame de 2nde mi temps de ce type...Face à ces All Grey, une couleur qui ne leur porte pas bonheur contre nous, il faut apprendre à jouer 80 minutes à fond et imiter les Néo Z sur une de leur qualité principale ...le ballon semble être collé à eux, aimanté Du moins pour ceux qui portent la "fougère"..pas comme leur ailier gauche, sans doute parachuté, par erreur, sur le terrain.
Quand au Stade de France, il ne faudrait pas confondre Quantité et Qualité...Ce stade francilien est et restera un stade d'athlétisme..avec un public surtout accroché par la télégénie de notre viril Art avec ses qualités de combat et de solidarité, denrées rares à notre époque...
Il est Urgent que la Fédération s'offre les Services d'un Responsable de l'Animation musicale, quasiment aucune Banda...
Pourtant on en avait caressé la possibilité lors des demies finales Lyonnaises, il y a quelques années...
Qu'on invente une Compétition des Bandas en les intégrant dans chaque tribune pour animer et se marier comme dans une Faena, des Véroniques, jusqu'aux pique et bandérilles, jusqu'à la mise à mort de nos chers Anglo saxons.
J'oubliais....allégez Dupont de son capitanat..it iz veri heavi 4 him ...