Rouen : l’amicale des anciens feux follets

  • L’amicale des anciens joueurs de Rouen au grand complet !
    L’amicale des anciens joueurs de Rouen au grand complet ! Midi Olympique - Midi Olympique
Publié le , mis à jour

Lancée à l'initiative de quelques nostalgioques, l'amicale des anciens Rouennais tourne à plein régime. 

Depuis une réunion très officielle tenue au mois de juillet, une erreur monumentale a été réparée à Rouen. Le Rouen Normandie en pro D2 était le seul club professionnel de France à ne pas disposer d’une Amicale de ses anciens joueurs. Sous l’impulsion de quelques nostalgiques fiévreux issus de deux générations différentes, celle des anciens Balandrade, demi-finalistes du championnat de France, et celle des anciens séniors des années 80. Représentée par Bernard Jacquet, l’Amicale des Anciens Joueurs de Rugby de Rouen s’est formée comme une évidence dans un brouhaha de retours affectifs. Voilà trente années, que le seconde ligne et vice-président de l’Amicale, Bruno Blin, n’avait plus revu son pilier Pascal Blot. Et cela faisait vingt ans, que les deux frères Dugal, jumeaux de leur état, qui jouaient ensemble l’un à droite et l’autre à gauche, n’avaient plus poussé les portes du club-house.

Une place réservée au stade

Dans ce mois de juillet fleuri, tout le monde s’était retrouvé dans la chaleur d’une réunion qui a fait revenir des exilés de Marseille et d’ailleurs. Et dans la foulée de leur assemblée générale constitutive, une belle soirée de retrouvailles émues avait servi millions de souvenirs et moult anecdotes truculentes. Quatre mois plus tard, l’Amicale tourne à pleine régime. Elle compte deux cents membres. Une cinquantaine est vraiment devenue active. Elle a organisé deux soirées avec les compagnes de chacun. Une soirée gastronomique est dans les tuyaux, ainsi que des déplacements à des matchs de l’Equipe de France ou de Top 14. Les jours de match de pro D2 au Stade Diochon, les Amicalistes égarés peuvent se rendre à l’espace réservé aux membres. Une flamme a été déployée au dessus de cette « Buvette Lulu », en hommage à Lucienne Verdier, femme magistrale aux quarante années de bénévolat, que tous ont connue. « C’est tout bête, mais on ne l’avait pas encore fait, raconte Bruno Blin. Cette soirée du mois de Juillet était vraiment géniale, et c’est vraiment émouvant de revoir des amis disparus de nos vies depuis si longtemps. Tous les clubs devraient avoir leur Amicale ! »

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Gaël LECOEUR (avec GC)
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?