Bpifrance célèbre l'innovation dans le sport

  • Patrice Bégay devant le public réuni en nombre.
    Patrice Bégay devant le public réuni en nombre. Bpifrance
Publié le

Dans le cadre du Teréga Open Pau Pyrénées, Bpifrance et Teréga, organisateur de la compétition de tennis, ont animé un atelier sur l'innovation dans le sport, en compagnie d'acteurs majeurs dans le domaine tels que Jérémy Chardy, Serge Betsen, Xavier Moreau et Bernard Pontneau.

« Le sport est présent partout dans nos vies. Il s'installe dans nos quotidiens. Le sport, qu'il soit amateur ou de très haut niveau, véhicule des valeurs de simplicité, de proximité, de volonté et d'optimisme. » Par ces mots, Patrice Bégay, directeur exécutif communication et Bpifrance Excellence, a introduit et rappelé l'importance du sujet de cet atelier haut de gamme, consacré à l'innovation dans le sport. Haut de gamme, car il réunissait différents acteurs du sport, tous impliqués à leur niveau. Avant de leur donner la parole, il a présenté Bpifrance comme un « réseau social d'entrepreneurs mais aussi accélérateur et transformateur de la France ». Les entrepreneurs d'ailleurs étaient bien là. Les membres Bpifrance Excellence mais aussi des étudiants se sont rendus à cet événement dans le cadre du Teréga Open Pau Pyrénées. Le PDG de Teréga justement, Dominique Mockly, donnait les raisons de l'implication de son entreprise dans le sport : « Le sport est un énorme connecteur. Se connecter au sport, c'est faire vivre le territoire. En cela, nous sommes un animateur, nous donnons de l'âme au territoire, comme le font les sportifs. Le Teréga Open Pau Pyrénées est né d'une rencontre exceptionnelle avec Jérémy Chardy (qui était présent également, N.D.L.R.). Nous voulions rendre au territoire, où il a appris le tennis, ce qu'il nous a donnés. »

 

Le sport comme vecteur d'intégration

Serge Betsen, monument du rugby français (63 sélections, 2 grands chelems, 1 Tournoi des 6 Nations), est venu démontrer que le sport pouvait être un vecteur d'intégration et de développement dans des zones défavorisées. En veut pour preuve sa fondation éponyme qui œuvre chez les enfants au Cameroun et au Mali. Son témoignage, marqué par la découverte du rugby en France après le départ de sa région natale camerounaise, a permis de cerner toute l'importance que pouvait avoir le sport, ici le rugby, dans l'évolution personnelle, « l'accès à l'éducation et la santé, qui sont des priorités en Afrique ».

Par ailleurs, Marion Clignet-Oly et Elisabeth Chevanne-Brachet se félicitaient d'avoir réussi en deux ans d'avoir promu onze femmes cyclistes, comme elles, en professionnelles, « ce qui n'avait jamais été le cas avant ». « Pour nous, c'est une très grande avancée pour le peloton français et cela donne des perspectives pour l'avenir », a commenté la seconde.

Midi-Olympique.fr
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?