L’Australie, nation favorite pour recevoir le Mondial 2027

  • L’Australie semble être la nation favorite pour l'accueil du Mondial 2027
    L’Australie semble être la nation favorite pour l'accueil du Mondial 2027 Abaca / Icon Sport - Abaca / Icon Sport
Publié le , mis à jour

Au printemps dernier, l’Australie annonçait sa candidature pour organiser le Mondial 2027. Elle fait figure de grande favorite, dans un processus qui a gagné en transparence.

Si la France organisera la prochaine Coupe du monde de rugby, en 2023, le pays qui lui succédera n’est pas encore désigné. Il le sera en mai prochain mais déjà, dans les arcanes de World rugby, dont les dirigeants se réunissaient à ce sujet en début de semaine à Londres, une candidature semble faire consensus : celle de l’Australie, qui avait déjà accueilli la plus grande des compétitions planétaires en 2003.

Lancée en mai dernier, la candidature australienne semblait d’abord partir avec un train de retard sur les USA, premier choix logique dans la logique d’alternance prônée par World rugby : à un Mondial dans un pays "traditionnel", pour sécuriser des revenus, devait succéder un pays plus exotique sur la cartographie du rugby, afin d’accélérer son développement et d’ouvrir ce sport à de nouveaux territoires. Selon cette logique, l’enchaînement Angleterre-Japon-France-USA trouvait donc tout son sens.

Ces derniers jours, le nom de l’Australie revenait toutefois avec insistance. D’abord pour laisser du temps aux USA de se structurer autour d’un tel projet et d’en assurer le succès, plus probablement en 2031 (voir ci-dessous) ; ensuite pour venir en aide à Rugby AU, la fédération australienne de rugby, qui traverse depuis plusieurs années une grave crise financière.

Des votes rendus publics pour plus de transparence

L’instance mondiale du rugby, inquiète à ce sujet, donnerait alors un sérieux coup de pouce à un de ses pays "bastion historique" en lui permettant d’organiser la prochaine Coupe du monde et potentiellement, de renflouer significativement ses caisses.

Ces derniers jours, Rugby AU était d’ailleurs proche d’un accord avec son gouvernement pour un soutien financier à hauteur de 300 millions de dollars australiens (192,7 millions d’euros), afin de soutenir le projet et rassurer les éventuels votants. Dernier pays ayant candidaté, la Russie semble distancée dans cette course au Mondial dont le verdict sera livré en mai prochain, selon un nouveau processus de désignation «pour plus de transparence» selon les mots de World Rugby dans un communiqué de 2020. Qui détaillait encore : «L’attribution des prochaines Coupes du Monde de Rugby masculines (2027 et 2031) et féminines (2025 et 2029) sera confirmée par un scrutin public après examen d’une évaluation technique fondée sur les risques. L’attribution des deux prochaines Coupes du Monde masculines et féminines sera confirmée par un vote électronique public»

Le président de l’institution Bill Beaumont précisait. «Au cours de mon deuxième mandat, je me suis engagé à mettre en œuvre des améliorations importantes concernant la gouvernance en imposant plus de transparence, de clarté et de cohérence dans nos processus de prise de décision». La publicité des votes doit donc y aider.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Léo FAURE
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?